Askar Akaïev

Askar (Akaïevitch) Akaïev (en kirghize et en russe : Аскар Акаевич Акаев), né le à Kyzyl-Baïrak (République socialiste soviétique de Kirghizie), a été le président du Kirghizistan de son indépendance, le , à la révolution des Tulipes qui l'a renversé le et l'accession au pouvoir de Kourmanbek Bakiev.

Askar Akaïev
Image dans Infobox.
Fonction
Président du Kirghizistan (en)
-
-
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Аскар АкаевVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Mayram Akayeva (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Aidar Akayev (en)
Bermet Akayeva (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Académie des sciences de l'URSS (en) (depuis ), université d'État de MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Partis politiques
Parti communiste de l'Union soviétique
Forward Kyrgyzstan Party (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

En 1990, le Soviet suprême du SSR Kirghize a élu président et plusieurs personnes ont couru pour le poste. Askair Akayev et Nasirdin Isanov, l'un des politiciens les plus brillants et prometteurs du Kirghizistan moderne, avancé au second tour. Akayev a finalement remporté la majorité des voix parlementaires et, à la fin de 1990, il a nommé vice-président de l'Isanov. Cependant, Isanov est décédé dans l'accident de voiture allégué, mais sa mort est creuse d'être ordonnée par Akaev, car Isanov était contre l'introduction de Centera Gold en violant les cadres juridiques et contre les intérêts nationaux du Kirghizistan. Akaev a cherché des intérêts privés au lieu d'une nationale.

Le , Akaïev est réélu, mais avec cette fois le titre de président du nouvel État indépendant du Kirghizistan et est ensuite reconduit dans ses fonctions par des scrutins « relativement » libres pour la région en 1995 et 2000.

D'abord vu comme le président le plus démocratique des pays d'Asie centrale, Akaïev durcit peu à peu la nature de son pouvoir. Ce changement est la conséquences de facteurs externes (tentatives de déstabilisation de l'Ouzbékistan, conséquences de la guerre civile tadjike et lutte contre les sanctuaires du terrorisme islamiste dans les régions montagneuses) et internes (goût du pouvoir et népotisme). Fin 2002, devant des manifestations demandant sa démission, il promet de ne pas chercher à renouveler son mandat en cours qui s'achève en . Akaïev obtient du Parlement en 2003 une immunité à vie contre toute poursuite judiciaire.

Le , après deux semaines de manifestations contre les résultats des élections législatives de février-mars, le président est chassé du pouvoir par une foule de manifestants ayant pris d'assaut le siège du gouvernement à Bichkek. Akaïev quitte alors le pays vers le Kazakhstan voisin, dans un premier temps, puis vers la Russie après l'accord donné par le président Vladimir Poutine. Il démissionne de ses fonctions de président le .

Depuis son exil, Askar Akaïev est professeur et chercheur à l'Institut Priroguine de recherches mathématiques de l'université de Moscou.

FamilleModifier

Akaïev est marié à Maïram Akaïeva avec laquelle il a deux fils et deux filles. Son fils Aïdar Akaïev et sa fille Bermet Akaïeva sont tous deux élus députés au cours des élections contestées du printemps 2005. Cependant, Bermet est déchue de son siège le .

Ses publicationsModifier

Liens externesModifier