Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Espinosa.

Armillita Chico
Présentation
Nom de naissance Fermín Espinosa Saucedo
Apodo Armillita Chico
Naissance
Saltillo, État de Coahuila
Décès (à 67 ans)
Mexico
Nationalité Mexicain
Carrière
Alternative 23 octobre 1927 à Mexico, Mexique
Parrain Antonio Posada
Confirmation d'alternative 10 mai 1928 à Madrid
Parrain Manuel Jiménez « Chicuelo »
Fin de carrière 1946
Escalafón général Premier de l’escalafón en 1935 (à égalité avec Manolo Bienvenida)
Compléments
frères : Armillita, matador
Cenaido et José, banderilleros

Fermín Espinosa Saucedo dit « Armillita Chico », né le à Saltillo (Mexique, État de Coahuila), mort à Mexico (Mexique) le , était un matador mexicain.

PrésentationModifier

« Armillita Chico » était le frère de Juan Espinosa Saucedo « Armillita ». Il vint en Espagne en 1928, alors qu’il n’avait pas encore dix-sept ans et remporta immédiatement de nombreux succès : d’un large répertoire au capote, élégant et facile aux banderilles, notable à la muleta et excellent à l’estocade, ses avantages physiques ajoutés à son intelligence de la lidia (« combat ») en ont fait l’un des plus notables matadors d’Amérique latine.

En 1936, un conflit entre matadors espagnols et matadors latino-américains l’obligea à retourner au Mexique, où il continua sa brillante carrière. Il ne revint en Espagne que pour deux saisons en 1945 et 1946. Mais le temps avait passé, la Guerre civile avait eu lieu, le public avait changé, aussi ces deux saisons ne furent qu’en demi-teinte. Il prit donc définitivement sa retraite à la fin de la saison 1946, mais reste encore aujourd’hui considéré comme l’un des plus brillants matadors qu’ait donné le pays de Moctezuma. Il est à l'origine d'une passe de muleta de fioriture ou adorno : le « molinete de rodillas »[1], molinete exécuté à genoux, que Chicuelo II et El Cordobés affectionnaient particulièrement[2]

CarrièreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Auguste Lafront - Paco Tolosa : « Encyclopédie de la corrida », éditions Prisma, 1950, p. 172
  2. Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Jeanne Laffitte, 1981, p. 108 (ISBN 2862760439)

Voir aussiModifier