Ariane Dénommé

bédéiste canadienne
Ariane Dénommé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Ariane Dénommé est une illustratrice et bédéiste québécoise née en 1981.

BiographieModifier

Ariane Dénommé, établie à Montréal, auto-édite plusieurs bandes dessinées chez La maison Rex entre 2006 et 2008[1].

Sa première bande dessinée publiée à compte d'éditeur, Du chez-soi, est publiée conjointement en 2012 par la nouvelle maison d'édition québécoise La Mauvaise Tête et la maison d'édition française L'Employé du Moi[2]. Cet album critiquant le consumérisme développe le mal-être qui s'empare du famille québécoise après que le père David a persuadé son épouse Anna d'acheter une maison plus luxueuse à crédit en vendant la précédente[3].

François Cloutier, critique des Lettres québécoises y voit « la naissance d'une grande bédéiste[3] ». Les organisateurs du prix Bédélys sélectionnent l'album parmi les cinq finalistes de leur prix Québec, saluant une « satire assez mordante de l’acte de consommation immobilière [qui] explore avec subtilité le caractère factice des joies et aisances que font miroiter l’accession à un certain standing domiciliaire[4]. »

Son album suivant, Main d'œuvre, inspiré par les deux années passées par son père à Uranium City, suit la vie de Daniel, jeune mineur dans le Nord québécois à la fin des années 1970 qui supporte les longues semaines de travail ardu ponctuées d'ennui et de soûleries grâce à l'amour qu'il porte à une jeune femme, Carole[5],[6]. Selon Jean-Dominic Leduc, cet album « formidable », une des premières bandes dessinées de reportage québécoises ambitieuses, « repousse les limites de la BD-vérité » et met Dénommé au même plan que ses compatriotes Julie Doucet, Caroline Merola, Geneviève Castrée ou Isabelle Arsenault[6]. Main d'œuvre vaut à Dénommé d'être à nouveau sélectionnée parmi les cinq finalistes du prix Bédélys Québec[7].

Ariane Dénommé collabore aussi, à titre d'illustratrice, à la revue québécoise Liberté : elle a notamment signé la couverture des numéros 301 (automne 2013) et 313 (automne 2016)[8].

En 2017, elle participe au Festival BD de Montréal[9] et au Festival de la BD francophone de Québec.

ŒuvreModifier

Voir aussiModifier

ÉtudesModifier

  • Éric Bouchard, « Relectures : Du chez soi, d'Ariane Denommé », Planches,‎ , p. 92-95.
  • Gabriel Tremblay-Gaudette, « Home sweet home », Liberté, no 301 « Tous banlieusards »,‎ , p. 25 (lire en ligne).
    Commentaire sur le sens donné à l'acquisition d'une propriété, à partir de la bande dessinée Du chez-soi, d'Ariane Dénommé.
  • Anna Giaufret, « Bande dessinée et espace urbain montréalais: quelques repères », dans Dino Gavinelli et Chiara Molinari (éditeurs), Espaces réels et imaginaires au Québec et en Acadie : Enjeux culturels, linguistiques et géographiques, LED Edizioni Universitarie, (ISBN 8879167928 et 9788879167925, DOI 10.7359/792-2016-giau, lire en ligne), p. 105-126.
    Analyse des relations complexes entre l’espace de la ville de Montréal et la bande dessinée au travers d'albums réalisés par des auteurs montréalais contemporains, dont Du chez-soi d'Ariane Dénommé (p. 121-123).
  • Ariane Dénommé, « Le petit tragique du grand réel », 24 images, no 170 « Entre la bande dessinée et le cinéma »,‎ , p. 26–26 (ISSN 0707-9389 et 1923-5097, lire en ligne, consulté le 19 avril 2019).
    Témoignage d'Ariane Dénommé

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Auteur : Ariane Dénommé », sur employe-du-moi.org.
  2. Morgan Di Salvia, « Du Chez-soi », sur Actua BD, .
  3. a et b François Cloutier, « Des images, des mots : La Douleur du banal », Lettres québécoises, no 147,‎ (ISSN 0382-084X et 1923-239X, lire en ligne, consulté le 7 novembre 2017)
  4. « Les grands gagnants du Bédélys 2012 », sur Promo 9e Art, .
  5. Jean Siag, « Main d'oeuvre: la vie souterraine », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2017)
  6. a et b Jean-Dominic Leduc, « BD-Vérité », Les Libraires : Le Bimestriel des libraires indépendants, no 98,‎ , p. 71 (ISSN 1481-6342, lire en ligne).
  7. « Les finalistes de la 18e édition des Prix Bédélys », sur Promo 9e Art, .
  8. « Ariane Dénommé », sur Mauvaise Tête (consulté le 7 novembre 2017).
  9. Ariane Labrèche, « Du changement par la bande », sur Le journal de Montréal, (consulté le 7 novembre 2017)
  10. (en) « Michael DeForge, Hartley Lin, John Martz, and Fiona Smyth lead this year’s Doug Wright Award nominees », sur Doug Wright Awards, (consulté le 19 avril 2019)