Architecture mycénienne

L'architecture mycénienne est le produit de la civilisation mycenniene, qui s'épanouit en Grèce continentale pendant la période du Helladique récent (1550-1050 av. J.-C.). Elle tire son nom du site de Mycènes, et est présente dans le Péloponnèse, en Grèce centrale et en Thessalie[1]. Elle se caractérisée par l'édification d'ouvrages militaires (remparts, fortifications), de palais-forteresses, et de tombes monumentales[2].

IdentificationModifier

L'identification de la civilisation mycénienne a débuté avec les fouilles menées par l'archéologue autodidacte Heinrich Schliemann à la fin du XIXe siècle[2]. Il effectue des fouilles à Mycènes (en 1874) et Tirynthe (en 1884) qui, avec Pylos, sont les sites avec les restes architecturaux mycéniens les plus importants[3].

Architecture militaireModifier

Les cités mycéniennes sont des bourgs fortifiés, construits sur des acropoles ou d'autres endroits faciles à défendre[2]. Les cités sont entourées de gigantesques murailles cyclopéennes composées de grands blocs de pierre polygonaux, qui peuvent, comme à Tyrinthe, atteindre jusqu'à 7 mètres d'épaisseur[4],[2].

Les murailles de Mycènes offrent un exemple très bien préservé. Le mur entoure une surface triangulaire d'environ 300 mètres sur 200. Une rampe carrossable, taillée dans la roche, conduit à la porte principale, dite Porte des Lionnes, surmontée d'un tympan de calcaire sculpté qui lui a donné son nom[2].

PalaisModifier

Les palais mycéniens sont construits autour d'un plan type (organisation axiale, d'une quarantaine de mètres de longueur) auquel chaque cité apporte des variations. Les parties hautes des palais ont disparu, vraisemblablement construites en matériaux périssables[2].

Le palais de NestorModifier

Le palais de Nestor à Pylos est caractéristique des palais mycéniens[2]. Sa configuration est la suivante :

 
Plan du palais de Nestor

Complexe centralModifier

L'entrée principale du palais est marquée par un porche (1), dont la couverture est supportée au milieu par une seule colonne. La porte ouvre sur un espace à même disposition donnant sur une cour à plusieurs accès (2). Celle-ci précède un vestibule sous un portique supporté par deux colonnes, qui donne accès à une antichambre (3).

MégaronModifier

La porte axiale de l'antichambre s'ouvre sur le mégaron (4), grand espace de 10 mètres de large sur 12 mètres de long environ, avec en son centre un foyer circulaire entouré de 4 colonnes qui supportent la toiture. Une ouverture permet l'évacuation de la fumée et l'aération de la salle. Au milieu de la paroi de droite se trouve le trône du roi. Le sol est couvert de stuc et les parois de fresques.

Salles annexesModifier

Plusieurs chambres sont accessibles par des corridors autour du complexe central. Ils servent d'appartements privés (salle de bain dotée d'une baignoire (9)), de réserves ou de magasins de vivres (5).

Tombes monumentalesModifier

Les fouilles menées à Mycènes ont mis au jour des tombes circulaires dites à tholos, enterrées sous tumulus. Elles présentent toutes le même plan: une voie d'accès rectiligne à ciel ouvert (dromos), bordée de murs, conduit à une grande porte ouverte sur un espace circulaire avec coupole d'encorbellement, qui abrite les sépultures[2]. Construits en pierres sèches, un triangle de décharge permet l'aménagement d'une ouverture monumentale[5].

Le Trésor d'Atrée, à Mycènes, en est un des exemples les plus vastes et les mieux préservés.

Autres constructionsModifier

Les constructions vernaculaires étaient vraisemblablement construites autour d'une pièce ou d'un noyau central[6]. Leurs vestiges sont cependant trop rares pour en imaginer les détails. Construits en argile, en bois, et autres matériaux périssables[4], ces édifices furent incendiés lors des invasions doriennes[2].

Notes et référencesModifier

  1. Pascal DARCQUE, Jean-Claude POURSAT, Universalis, « MYCÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mars 2016. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycenes/
  2. a b c d e f g h et i Henri STIERLIN, Grèce : De Mycénes au Parthénon, Cologne, Taschen, , 235 p. (ISBN 978-3-8228-9299-2, notice BnF no FRBNF36709078), pp.17-35
  3. John Chadwick, The Mycenaean World, Cambridge University Press, , 220 p. (ISBN 978-0-521-29037-1)
  4. a et b (en) Carmelo G. Malacrino (trad. de l'italien), Constructing the Ancient World. Architectural techniques of the Greeks and the Romans., Los Angeles, The J.Paul Getty Museum, , 216 p. (ISBN 978-1-60606-016-2, notice BnF no FRBNF42303131), p.7
  5. André Tiret, « Stabilité des coupoles en pierres sèches édifiées sans cintre », Archéam, no 7,‎ , pp.34-48 (lire en ligne)
  6. Pascal Darcque, L’ Habitat Mycénien. Formes et fonctions de l’espace bâti en Grèce continentale à la fin du IIe millénaire avant J.-C., Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome (BEFAR), Ecole française d’Athènes - De Boccard, , 163 p. (ISBN 978-2-86958-189-0, notice BnF no FRBNF40099632)