Ara noble

espèce d'animaux

Diopsittaca nobilis

Diopsittaca nobilis
Description de cette image, également commentée ci-après
Diopsittaca nobilis nobilis
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae

Genre

Diopsittaca
Ridgway, 1912

Espèce

Diopsittaca nobilis
(Linnaeus, 1758)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe II de la CITES Annexe II , Rév. du 12/01/2005

L'Ara noble (Diopsittaca nobilis) est une espèce de perroquet du groupe des aras au plumage à dominante verte. Il s'agit de la plus petite des espèces regroupées sous le terme français d'ara.

DescriptionModifier

L'Ara noble ne mesure que 30 cm. Son plumage est vert avec le front bleu, les épaules rouges et le dessous de la queue jaune. Une zone de peau nue blanche encercle les yeux dont les iris sont rouges. Le bec est noir.

Les jeunes ne présentent pas de bleu au front ni de rouge aux épaules. Leurs iris sont bruns[1].

Sous-espècesModifier

L'Ara noble est représenté par trois sous-espèces[1] :

  • nobilis ;
  • cumanensis, légèrement plus grande ;
  • longipennis, très proche de la précédente.

RépartitionModifier

Cet oiseau vit en Guyane, au Venezuela et au Brésil où il est assez commun[1].

HabitatModifier

L'Ara noble fréquente les forêts côtières, les savanes et les zones cultivées[1].

ComportementModifier

Cet oiseau se déplace parfois en bandes nombreuses et bruyantes[1].

ReproductionModifier

L'Ara noble édifie son nid dans les cavités des palmiers et, plus rarement, dans des termitières arboricoles. La femelle pond généralement 4 œufs qui éclosent après 24 jours d'incubation. Les jeunes s'envolent vers l'âge de 2 mois mais ils ne seront plus dépendants des adultes qu'un à deux mois plus tard[1].

AlimentationModifier

Cet oiseau se nourrit de baies, de fruits, de fleurs, de graines et de noix[1].

CaptivitéModifier

Cet oiseau se reproduit assez bien dans les élevages spécialisés où il n'est cependant pas très répandu[1].

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h Mario D. & Conzo G., 2004, Le grand livre des perroquets, de Vecchi, Paris