Ouvrir le menu principal
Apéritif géant à Rennes

L'apéritif géant, familièrement appelé apéro géant, est une pratique sociale apparue en France en 2009, qui consiste à réunir au moyen d'un réseau social (par exemple Facebook) un grand nombre de personnes (jusqu'à une dizaine de milliers) sur la place d'une ville pour consommer des boissons ensemble et « faire la fête ».

HistoireModifier

 
Interview d'un participant en état d'ébriété lors d'un apéritif géant

Au départ, ce phénomène a démarré à Nantes. Il s'est étendu à Rennes et à Brest en Bretagne battant les deux précédent « records » puis dans le reste de la France. En mai 2010[1], à la suite de la mort d'un homme en marge d'un apéritif géant qui avait rassemblé plus de 10 000 personnes dans le centre-ville de Nantes dans la nuit du 12 au 13 mai 2010[2], les apéros géants préoccupent les pouvoirs publics. Selon eux, l'absence d'organisateur ne permet pas d'avoir un interlocuteur et pose des problèmes de sécurité[3],[4],[5], qui ne sont pas sans rappeler les problèmes posés lors d'organisation de rave parties, la réflexion sur la responsabilité des réseaux sociaux[6] et de l'anonymat sur Internet en plus.

Malgré cela, de nombreux apéritifs géants continuent à être organisés en 2010 partout en France, que ce soit dans de grandes villes (Lyon, Toulouse, Grenoble...) ou de petites communes telles Tournon-sur-Rhône (Ardèche)[7] et Plessix-Balisson (Côtes-d'Armor)[8]. La majorité de ces « apéros » sont interdits par la préfecture du département dans lequel ils sont organisés.

Apéro saucisson-pinardModifier

Un type particulier d'apéritif géant est l'apéritif saucisson-pinard, qui regroupe des personnes hostiles à certaines pratiques du culte musulman. La plus médiatisée avait été prévue le 18 juin 2010 à la Goutte-d'Or à Paris et organisée par le Bloc identitaire et Riposte laïque[9]. Elle sera interdite par la préfecture ainsi que les contre-manifestations[10] devant être organisées devant l'église Saint-Bernard[11],[12]. L'apéro saucisson-pinard de Riposte Laïque et du Bloc Identitaire a été organisé à la suite des prétendues révélations d'une « Sylvie François », présentée comme une habitante du quartier de la Goutte-d'Or à Paris, affirmant que son quartier était envahi par les musulmans qui imposaient leur loi. Un journaliste de Canal+, Paul Moreira, a mené une enquête[13] durant laquelle Fabrice Robert, du Bloc Identitaire, accompagné de membres de Riposte laïque, a admis que le témoignage de « Sylvie François » est un montage mensonger que cette personne n'était en réalité pas une habitante du quartier de la Goutte-d'Or[14].

Notes et référencesModifier

  1. John Lichfield, « France loses its taste for giant cocktail parties », The Independent. Consulté le 15 mai 2010.
  2. « Le jeune blessé lors de l'apéro géant nantais est mort », Le Monde. Consulté le 13 mai 2010.
  3. « Ces apéros géants qui gênent les pouvoirs publics », Le Monde, 13 mai 2010.
  4. « NKM est contre l'interdiction systématique des apéros géants », Le Nouvel Observateur, 14 mai 2010.
  5. « Annulation des apéros géants d'Annecy et de Chambéry », Le Monde, 14 mai 2010.
  6. Marie Amélie Putallaz, « Apéro géant : "C'est l'alcool le responsable, pas Facebook" », L'Express, 14 mai 2010.
  7. « À Tournon : Jérôme, l'invitant, est déçu après le refus catégorique du maire », Le Dauphiné libéré, 23 mai 2010.
  8. Corentin Le Doujet, « Plessix-Balisson (22). La petite commune fait son apéro géant », Le Télégramme, 14 juin 2010.
  9. « Apéro "Saucisson-pinard" : ils manifestent place de l'Étoile », TF1, 18 juin 2010.
  10. Aude Baron, « Un contre-apéro géant "saucisson-pinard" : "Un moyen de faire pression sur la préfecture" », Le Post, 15 juin 2010.
  11. Julia Pascual, « L'apéro «pinard-saucisson» interdit, les contre-manifs aussi », Libération, 15 juin 2010.
  12. « L'apéro «saucisson pinard» fait des émules », Le Parisien, 17 juin 2010.
  13. Raphaël Balenieri, L'Express, Islam, Antéchrist et jambon beurre: voyage au cœur de la machine anti-Islam, [1].
  14. P. Moreira, reportage « Islam, antéchrist et jambon-beurre », diffusé sur Canal Plus en 2011.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier