Ouvrir le menu principal

Antonio Tauriello

compositeur et chef d'orchestre argentin
Antonio Tauriello
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Buenos AiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Académie nationale des beaux-arts d'Argentine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Instrument

Antonio Luis Tauriello (Buenos Aires – Buenos Aires, ) est un compositeur, chef d'orchestre et pianiste argentin[1],[2].

BiographieModifier

Antonio Tauriello naît à Buenos Aires en 1931. Il étudie le piano avec Walter Gieseking et Raúl Seivak, ainsi que la composition avec d'Alberto Ginastera[3]. Il a notamment la charge de directeur associé du département d'opéra à la Juilliard School à New York de 1969 à 1971[4]. De 1957 à 1993, il fait partie du corps de chefs du Théâtre Colón et y dirige opéras et ballets[3]. De 1972 à 1985, il est également directeur adjoint de l'Opéra de Chicago[4].

ŒuvresModifier

Dans sa production, de style globalement néo-classique[3], figurent des œuvres pour piano, de la musique symphonique, de la musique de chambre et des opéras Entre autres, citons les Impromtus (1989), le Quatuor de cordes (1990), Arlecchino, fragments en hommage à Ferrucio Bussoni (1991), Culebra de nubes II (1996) et les Sonatines pour piano. Il a composé deux concertos pour piano (1952 et 1968) et un opéra d'après François Rabelais : Les Guerres picrocholines, créé à Washington en 1971[3]. L'Institut américano-ibérique d'Espagne lui a commandé une œuvre pour la célébration des 500 ans de la découverte de l'Amérique. Beaucoup de ses œuvres ont reçu des prix.

  • Toccata en si mineur pour piano (1949), dédiée à Alberto Ginastera[5].
  • Obertura Sinfónica (1951) , œuvre pour orchestre, créée en 1951 sous la direction de Washington Castro, puis dirigée la même année par Sergiu Celibidache au Teatro Colón[4],[5].
  • Concerto no 1 pour piano et orchestre (1952)
  • Quatre Sonatines, pour piano (1956) (OCLC 503238962)
  • Musique pour cordes et trompette (1959)
  • Transparencies, pour six groupes instrumentaux (1964)
  • Serenata II, pour flûte, hautbois, clarinette, cordes et percussions (1967)
  • Concerto no 2 pour piano et orchestre (1968)
  • Canti, pour violon et orchestre (1968)
  • Ilinx, pour clarinette et orchestre (1968)
  • Mansión de Tlaloc (1970)
  • Las Guerras Picrocholinas (1970), opéra sur le Pantagruel de Rabelais
  • Impromptus (1989)[5]
  • Quatuor de cordes (1990)
  • Memoria quatre petits préludes pour piano (OCLC 81385997)

Prix et distinctionsModifier

  • 1969 : Bourse Guggenheim[4]
  • 1987 : il est reçu membre de l'Académie des beaux-arts d'Argentine[4]
  • 1989 : Prix Konex[6]
  • 1994 : il obtient le « Grand prix à la culture 1994 » par le Ministère de culture et de l'éducation argentin, le Secrétaire du fonds national des Arts et de la Culture
  • 1997 : il remporte le prix décerné par la Société des critiques musicaux, pour son œuvre
  • 2004 : il reçoit le diplôme d'honneur du Sénat argentin pour son apport à la culture[6]

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Antonio Tauriello » (voir la liste des auteurs).
  1. (es) « Adiós a un gran músico » sur Gacetalitoral.com.ar.
  2. (es)«Antonio Tauriello» sur Biografiasyvidas.com.
  3. a b c et d Baker et Slonimsky 1995, p. 4167.
  4. a b c d et e http://www.anba.org.ar/academico/tauriello-antonio/.
  5. a b et c (es) La Nacion 23 avril 2011 - nécrologie d'Antonio Tauriello.
  6. a et b (es) Troop Software Factory, « Antonio Luis Tauriello | Fundación Konex », sur www.fundacionkonex.org (consulté le 9 mars 2019)

Liens contextuelsModifier

Liens externesModifier