Ouvrir le menu principal
Anton Haizinger
Description de cette image, également commentée ci-après
Anton Haizinger, lithographie par Joseph Kriehuber en 1850

Naissance
Wilfersdorf, Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Décès (à 73 ans)
Karlsruhe, Drapeau du Grand-duché de Bade Grand-duché de Bade
Activité principale Artiste lyrique
ténor
Style Opéra

Anton Haizinger (aussi écrit Haitzinger, né le à Wilfersdorf et mort le à Karlsruhe) est un ténor autrichien.

BiographieModifier

Haizinger a commencé sa carrière en tant que professeur d'école à Vienne. Plus tard en raison de sa belle voix, il a été engagé pour chanter à l'opéra par le comte Palffy, directeur du Theater an der Wien. Il fait sa première apparition en 1821, en recueillant des applaudissements. Un des faits saillants de sa carrière a été sa participation à la création de la Symphonie nº 9 de Beethoven[1] lors du grand concert, que le compositeur a donné le au Theater am Kärntnertor[1]. Il a chanté ensuite avec succès dans d'autres théâtres et a reçu une nomination à vie par le théâtre de Karlsruhe.

Il est aussi le créateur le , du rôle de Adolar, comte de Nevers dans l'Euryanthe de Carl Maria von Weber[2].

Une période brillante de son activité artistique a commencé avec ses concerts à Paris, où il a défendu aux côtés de la chanteuse Wilhelmine Schröder-Devrient la réputation de l'opéra allemand, en 1828, 1829 et 1830.

Son épouse Amalie Haizinger (née Morstadt) était une actrice. En 1850, il se retire de la scène et s'installe à Vienne, où sa femme était engagée.

Il a publié un lied Vergiss mein nicht ainsi qu'un manuel de chant.

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Élisabeth Brisson, Guide de la musique de Beethoven, Fayard, coll. « Les Indispensables de la musique », , 878 p. (ISBN 9 782213 624341 et 2213624348), p. 762
  2. Piotr Kaminski, Mille et un opéras, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », , 1819 p. (ISBN 978-2-2136-0017-8), p. 1739

SourceModifier

Liens externesModifier