Anton Corvinus

Antonius Corvinus
ReformatorAnton Corvinus, 1501–1553.jpeg
Anton Corvinus en 1546, par un peintre anonyme.
Biographie
Naissance
ou
WarburgVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Anton Corvinus, né le ou le à Warburg dans la principauté épiscopale de Paderborn et décédé le à Hanovre, est un théologien, réformateur luthérien actif en Basse-Saxe et le surintendant de l’église dans la principauté de Calengerg-Göttingen.

BiographieModifier

Anton Corvinus est sans doute le fils illégitime de Lippold Rabe von Canstein, burgrave de Warburg, et de N… Bierhahn (dont le nom est latinisé en Cythogallus dans les actes). Il se nomme lui-même Antonius Rabe (« corbeau » en allemand, latinisé en Corvus ou Corvinus) ou Anton Räbener, mais aussi jusqu’en 1536, Antonius Zythogallus, Antonius Bierhahn ou Antonius Broihan.

De plusieurs sources, on sait qu’Anton Corvinus se trouve en 1519 soit au couvent cistercien de Loccum, soit à celui de Riddagshausen (situé sur le territoire actuel de la ville de Brunswick)[1]. Il quitte son couvent en 1523 après avoir adopté les idées de Luther. Il étudie alors à Wittemberg avec Martin Luther et Philippe Mélanchton puis devient pasteur à Goslar en 1528 et à Witzenhausen en 1529. Il rédige en 1540 la première discipline ecclésiastique luthérienne pour l’église de Calenberg et devient le conseiller de l’un des principaux chefs protestants de la ligue de Smalkalde Philippe Ier de Hesse et ensuite de duchesse Élisabeth de Brandebourg (1510-1558, régnante de 1540 à 1546).

 
Anton Corvinus (gravure sur bois de 1546).

Sous la protection de cette dernière, Anton Corvinus établit la Réforme à Northeim, Hildesheim (en 1541 avec Johannes Bugenhagen) et à Calenberg. En 1542, il devint pasteur de Pattensen (capitale de la principauté) et surintendant de l’Église de la Principauté de Calenberg.

Le fils et successeur de la duchesse Élisabeth, Éric II, s’étant converti au catholicisme dans le but d’obtenir des faveurs de l’empereur Charles Quint, accepte l’Intérim d'Augsbourg en 1548. Anton Corvinus et l’autre prédicateur de la capitale Walter Hoiker, ainsi que 140 pasteurs qui ont protesté contre cette décision du prince, sont arrêtés le et enfermés au château de Calenberg afin de les amener à accepter le décret impérial. Pendant leur détention, les pasteurs ont le droit de recevoir et d’envoyer du courrier et ils sont relativement bien traités, mais c’est seulement après la paix de Passau (1552), qui annule l’interim d’Augsbourg, que les détenus sont libérés, le .

Anton Corvinus devient finalement pasteur de l’église Saint-Égide (Aegidienkirche (de)) à Hanovre. Il meurt le à Hanovre âgé de 52 ans et y est enterré à l’Église Saint-Georges[2] Il était le père de deux fils et de trois filles.

HommagesModifier

Le lycée de Northeim et de nombreuses églises portent le nom d’Anton Corvinus.

Notes et référencesModifier

  1. (de) Inge Mager, Antonius Corvin. Vom Loccumer Mönch zum Reformator, in: Neue Forschungen zum Zisterzienserkloster Loccum, édité par Ludolf Ulrich und Simon Sosnitza, (ISBN 9783943025217), pp. 170–190.
  2. (de) Otto Jürgens: Hannoversche Chronik. 1907, p. 186.

BibliographieModifier

  • (de) Hans Heinrich Harms: Corvinus, Antonius. In: Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 3, Duncker & Humblot, Berlin 1957, (ISBN 3428001842), p. 371 et suivantes (Digitalisat).
  • (de)Adolf Brecher: Corvinus, Antonius. In: Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), volume 4, Duncker & Humblot, Leipzig 1876, p. 508 et suivantes
  • (de) Gerhard Uhlhorn: Corvinus, Antonius. In: Realencyklopädie für protestantische Theologie und Kirche (RE). 3e édition, volume 4, Hinrichs, Leipzig 1898, pp. 302–305.

o Correctif: Corvinus, Antonius. In: Realencyklopädie für protestantische Theologie und Kirche (RE). 3e édition, volume 23, Hinrichs, Leipzig 1913, p. 323.

  • (de) Martin Stupperich: Corvinus, Antonius. In: Theologische Realenzyklopädie (TRE), volume 8, de Gruyter, Berlin/New York 1981, (ISBN 3110085631), pp. 216–218.
  • (de) Robert Stupperich: Reformatorenlexikon. Éditeur : Gütersloher Verlagshaus Mohn, Gütersloh, 1984, (ISBN 357900123X)
  • (de) Friedrich Wilhelm Bautz: Corvinus (Rabe), Antonius. In: Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL), volume 1, Bautz, Hamm 1975. 2., réédité à l’identique : Hamm 1990, (ISBN 3883090131), Sp. 1135–1137.
  • (de) Gerhard Uhlhorn: Antonius Corvinus, ein Märtyrer des evangelisch-lutherischen Bekenntnisses, Vortrag ... / gehalten von G. Uhlhorn, in der Reihe Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte, Halle: Niemyer, 1892
  • (de) Hans-Heinrich Harms: Niedersächsische Antworten auf das Augsburger Interim, thèse de l’Université de Göttingen (1941)
  • (de) Anneliese Sprengler-Ruppenthal: Die evangelischen Kirchenordnungen des 16. Jahrhunderts, begründet von Emil Sehling, Fortgeführt von der Heidelberger Akademie der Wissenschaften, hrsg. von Eike Wolgast, Bd. 6 Niedersachsen, Halbband 2 Die Fürstentümer Calenberg-Göttingen und Grubenhagen mit den Städten Göttingen, Northeim, Hannover, Hameln und Einbeck. Die Grafschaften Hoya und Diepholz (mit Anhang: Das Freie Reichsstift Loccum), 1957
  • (de) Daniel Eberhard Baring: Leben des berühmten M. Antonii Corvini weil. Braunschw. Lüneb. General-Superintendenten im Fürstenthum Calenberg [et]c. und vornehmsten Werkzeugs bey der Reformation dieses Fürstenthums : zur Beleuchtung der Kirchen-Geschichte aus bewehrten Scribenten, und glaubwürdigen Nachrichten zusammen gesuchet, und mit Beylagen bestärket ..., Hannover: Nic. Försters und Sohns Erben, Hof-Buchhändlern, 1749; Digitalisat der Bayerischen Staatsbibliothek (BSB)
  • (de) Jens Schmidt-Clausen: CORVINUS (Rabe), Antonius, in: Hannoversches Biographisches Lexikon, p. 86 et suivanteslire en ligne sur Google Books
  • (de) Jens Schmidt-Clausen: Corvinus (Rabe), Antonius, in: Stadtlexikon Hannover, p. 118f

Liens externes

  • (de) Literatur von und über Anton Corvinus im Katalog der Deutschen Nationalbibliothek
  • (de) Werke von und über Anton Corvinus in der Deutschen Digitalen Bibliothek
  • (de) Texte von Anton Corvinus in der Glaubensstimme