Antoinette Brepols

industrielle belge
Antoinette Brepols
Biographie
Naissance
Décès
Domicile
Activités
Père
Philippus Jacobus Brepols (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Antoinette Brepols, née à Turnhout (Belgique) en 1799 et y décédée en 1858, est une industrielle belge[1].

De 1842 à sa mort, elle fut la patronne de l'imprimerie Brepols et Dierckx[2], la plus grande imprimerie et maison d'édition belge de l'époque[1]. Elle est une des premières femmes à être à la tête d'une entreprise de cette importance en Belgique.

BiographieModifier

Antoinette Brepols naît à Turnhout en 1799. Elle est la fille unique de Jacobus Brepols et Joanna Maria Caluwaerts[3]. Elle épouse en 1820, Jan Jozef Diercks, fils d'un marchand-imprimeur[1] avec qui elle travaille dans l'imprimerie fondée par son père en 1803[3]. En 1842, son premier mari meurt et elle épouse l'ingénieur Arthur Du Four[1]. Trois ans plus tard, à la suite du décès de son père, Antoinette Brepols prend sa succession et monte à la tête de l'imprimerie qu'elle baptise Etablissement Brepols, Dierckx et fils[3].

Imprimerie Brepols, Dierckx et filsModifier

L'imprimerie d'Antoinette Brepols fut héritée de son père, Jacobus Philippus Brepols[1]. Ce dernier avait racheté en 1803 une imprimerie à la veuve de son ancien patron. A cette époque l'imprimeur se spécialise dans l'édition d'almanachs, de livres religieux et de livres scolaires[3]. Jusqu'à l'indépendance de la Belgique en 1830, il acquiert plusieurs petites imprimeries et fait croître son entreprise[3].

En 1845, Jacobus Brepols meurt et, selon son souhait, c'est sa fille Antoinette qui lui succède à la tête de l'imprimerie[1]. Cette époque correspond à une importante concurrence des Pays-Bas, à laquelle elle fera face en diversifiant l'offre de l'entreprise, qui se spécialise notamment dans les impressions sur papier coloré et les cartes à jouer[3].

L'entreprise connaît un grand essor sous la direction d'Antoinette Brepols: de 1847 à 1853 elle passe de 80 à 200 employés[1]. Le succès est tel qu'en 1855 Les Etablissements Brepols, Dierckx et fils participent à l'exposition universelle de Paris. À la suite de cela, l'entreprise se fait connaître et exporte des cartes à jouer à l'internationale[3], notamment en Europe, en Amérique du Sud et en Inde. Turnhout est alors la seule ville belge où sont produites des cartes à jouer et en est une des principales exportatrices mondiales[4].

À la mort d'Antoinette Brepols en 1858, son fils Jan Dierckx prend la tête de l'imprimerie. En 1860 il épouse Josephina Dessauer (1840-1904) qui prendra elle-même la tête de l'entreprise lors de son veuvage: de 1865 à 1900.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g sous la dir. de Eliane Gubin, Dictionnaire des femmes belges - XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Racine, , p. 78
  2. « Brepols », sur historischedrukkerij.be (consulté le )
  3. a b c d e f et g sous la dir. de Ginette Kurgan, Dictionnaire des patrons en Belgique - les hommes, les entreprises, les réseaux, Bruxelles, De Boeck, , p. 73
  4. « Musée National de la Carte à jouer | museumPASSmusées », sur www.museumpassmusees.be (consulté le )