Antoine d'Averoult

Antoine d'Averoult
Alias
(latin) Joannes Davroutius
Naissance (ou 1554)
Bomy Drapeau de la France France
Décès
Tournai Drapeau de la Belgique Belgique
Nationalité belge
Pays de résidence Pays-Bas méridionaux
Profession
Activité principale
Prédicateur, écrivain spirituel
Formation
Lettres, philosophie et théologie

Compléments

Ses écrits spirituels lui donnèrent une grande notoriété

Antoine d'Averoult, né en 1553 et décédé le à Tournai, est un prêtre jésuite des Pays-Bas méridionaux, prédicateur et auteur spirituel de renom. Un de ses ouvrages de piété, lui assura la notoriété.

BiographieModifier

Antoine d'Averoult ou, selon la Bibliothèque nationale de France « Joannes Davroutius[1] », est né en 1553 ou 1554[2],[3] à Bomy, commune du Pas-de-Calais, alors appelée Bomy-les-Thérouanne[4],[5].

Dès ses premières études à l'Université de Louvain, il semble y faire sa carrière. Il apprend d'abord la philosophie, ensuite la théologie au collège louvaniste du Faucon (pédagogie du Faucon). Promu bachelier en théologie[2] il reçoit l'ordination sacerdotale avant 1598[3].

Nommé recteur du collège du Faucon en 1598, Antoine d'Averoult quitte cette fonction en 1600[2] pour entrer, la même année, dans la Compagnie de Jésus. Après son noviciat, il est chargé pendant neuf ans de la direction spirituelle d'un monastère où il entend les confessions deux fois par semaine. Il a une large part dans l'affermissement de la piété dans cet établissement[3].

Doté d'une éloquence naturelle remarquable[2], ses supérieurs religieux le chargent d'aller prêcher, particulièrement en Artois, contre le protestantisme[4]. Il travaille à favoriser la restauration des églises pillées lors de la furie iconoclaste et joue un rôle majeur dans le rétablissement du culte des images[2].

Il prépare en parallèle un ouvrage de piété, publié en 1603, qui lui assura une très grande notoriété. Il en effectue lui-même la traduction latine, parue en 1614.

Antoine d'Averoult s'était lié d'amitié avec un avocat douaisien amateur de poésie, Jean Loys[6].

Il meurt à la residence jésuite de Tournai le 21 septembre[3] 1614, à l'âge de 60 ans[4].

ÉcritsModifier

Antoine d'Averoult est essentiellement l'auteur d'un ouvrage à grand succès plusieurs fois réédité[4] disponible en ligne[7],[8] et encore en vente, dans des éditions reliées, sur des sites de ventes d'objet d'art[9],[10] :

  • Les Fleurs des Exemples ou Catéchisme historial, titre abrégé (titre complet : Les Fleurs des Exemples ou Catéchisme historial, contenant des miracles & et beaux discours, tirez tant de l'Éscriture Sainte, des SS. Pères, & anciens Docteurs de l'Église, que d'autres Auteurs célèbres, dignes de foi, & véritables, sacrez principalement, & bien approuvez[3]), en deux volumes (trois, voire quatre volumes dans des éditions ultérieures revues et corrigées), publié en 1603, à Douai. Antoine d'Averoult se charge lui-même de la traduction en latin, parue en 1614, l'année de sa mort[4]. Une autre version en latin éditée à Cologne en 1624 est considérée comme la plus complète[2]. Après 1624, cet ouvrage de compilation parut, mêlé à une autre compilation qui avait un succès du même ordre, Magnum speculum exemplorum du père Jean Le Mayeur[4], notamment lors d'une version en polonais[2]. Des éditions ultérieures ont été publiées avec un titre plus ou moins modifié[3],[11].
  • D'autres livres pieux, en français et en latin, où Antoine d'Averoult traite notamment des maladies de l'âme.
    • Pii gemitus catholicarum : adjecta sunt remedia spiritualia contra pestem, Douai, 1614. Il en existe une édition française : Pieux gémissements des catholiques, a jetter es presentes calamitez de l'Église Catholique, Apostolique & Romaine, disponible en ligne[12]. Il s'agit d'un recueil de prières et de litanies[3].
    • Hortulus Beatæ Mariæ Virginis, Cologne, 1616 (posthume)[2].
    • Excellens remèdes ou preservatifs contre la peste et autre maladie contagieuse, par lesquels l'on se pourra assurément préserver et garantir les dites maladies, Lyon, 1619 (posthume) [11].

ÉvaluationModifier

Jules de Saint-Genois porte un jugement mitigé sur l'œuvre d'Antoine d'Averoult : elle contiendrait des erreurs, renfermerait beaucoup de faits apocryphes et révélerait parfois une critique peu judicieuse[2]. De même, l'article publié dans les Mémoires pour servir à l'histoire littéraire des Pays-Bas[3] observe que l'auteur a utilisé beaucoup de textes discutables.

Une source, le disant né à Aire, fait de lui un maître directeur de collège à Bruges avant de le devenir à Louvain et lui attribue, outre son ouvrage principal, un traité de l'éloquence de la chaire[13].

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Antoine d'Averoult (1553-1614) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  2. a b c d e f g h et i Jules de Saint-Genois, cité dans la bibliographie.
  3. a b c d e f g et h Mémoires pour servir à l'histoire littéraire..., cité dans la bibliographie.
  4. a b c d e et f J. Balteau, cité dans la bibliographie.
  5. Selon la Biographie nationale de Belgique, il est né à Bouvignes, près de Dinant, ou à Aire-sur-la-Lys.
  6. Mémoires pour servir à l'histoire littéraire, cité dans la bibliographie, p. 421.
  7. Antoine d' Averoult, Fleurs des exemples ou Catechisme historial... par M. Antoine d'Averoult... [vers par Jean Loys], Chez Simon Rigaud, (lire en ligne)
  8. Antoine d' Averoult, Fleurs des exemples ou Catechisme historial... par M. Antoine d'Averoult... [vers par Jean Loys], Chez Simon Rigaud, (lire en ligne)
  9. « [Averoult, Antoine d'], Catechismus historicus sive Flores exemplorum, autore M. [...], Livres anciens et modernes, régionalisme provenant de bibliothèques nivernaises chez Metayer maison de ventes aux enchères Nevers », sur www.auction.fr (consulté le )
  10. « Reliure estampée. Antoine d’Averoult : Flores exemplorum … sive catechismus historialis. Coloniae Agrippinae, 1624. 4 parties en 1 fort volume in-4°. Pleine peau de truie estampée, encadrements de roulettes aux chaînettes, aux médaillons,aux… – Bibliorare » (consulté le )
  11. a et b Augustin de Backer, cité dans la bibliographie.
  12. Antoine d'Averoult, Pievx gemissemens des catholiqves, a ietter es presentes calamitez de l'Eglise catholique, apostolique & romaine : compris en treizes letanies, & prieres à ce accomodées. Reuues & augmentez d'autres prieres, avec aucuns preseruatifs ou remedes spirituels contre la peste, de l'imprimerie de I. Bogaert, (lire en ligne)
  13. François-Joseph Robert, Notice historique sur Avroult, 1846, p. 11, lire en ligne.

Liens externesModifier