Ouvrir le menu principal

Antoine Lecerf

militaire français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cerf (homonymie).

Officier général francais 4 etoiles.svg Antoine Lecerf
Naissance 1950
Décès
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de corps d'armée
Années de service 1972-2010
Commandement 2e régiment étranger d'infanterie
Commandement des forces terrestres
Conflits Guerre du Liban
Opération Épervier
Guerre du Golfe
Opération Licorne
Distinctions Légion d’honneur
Ordre national du mérite
Croix de guerre des TOE
Croix de la Valeur militaire

Antoine Lecerf est un général de corps d’armée français, né en 1950 et mort le [1].

BiographieModifier

En , il est admis à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr. Il y passe deux ans au sein de la promotion de Linarès. À l’issue de sa scolarité, il choisit l’arme de l’infanterie et poursuit sa formation à l’école d'application de l'infanterie à Montpellier. En , il rejoint le 2e régiment étranger à Corte-Bonifacio comme chef de section puis est muté en au 3e régiment étranger d'infanterie à Kourou (Guyane).

En , il retrouve le 2e Régiment étranger à Corte-Bonifacio où, après avoir été adjoint au commandant d’unité, il commande la 6e compagnie et participe à la force intérimaire des Nations unies au Liban à Beyrouth de mai à . À son retour du Liban, il est affecté à Lille pour occuper les fonctions d’aide de camp du général commandant la 2e région militaire, commandant le 3e corps d’armée.

En , il est désigné comme stagiaire au Command and General Staff College à Fort Leavenworth (États-Unis) avant d'être admis en à l’école supérieure de guerre à Paris en qualité de stagiaire de la 101e promotion.

En , il rejoint, en tant que chef du bureau opérations instruction, le 2e régiment étranger d'infanterie à Nîmes et participe d’ à au détachement terre "Épervier" au Tchad puis à l’opération "Requin" au Gabon de mai à avant de prendre les fonctions de commandant en second du régiment.

Il participe, de à , à l’opération "Daguet" en Arabie saoudite puis est affecté en juillet au cabinet du ministre de la défense à Paris en qualité d’adjoint au chef de la cellule terre. En , il prend le commandement du 2e régiment étranger d'infanterie. Il commande d’août à décembre le détachement des éléments français d’assistance opérationnelle en République centrafricaine et est détaché de juin à en Bosnie-Herzégovine dans le cadre de la force de réaction rapide comme chef de corps du bataillon interarmes français de la brigade multinationale. De mai à , il commande de nouveau le détachement des éléments français d’assistance opérationnelle en République centrafricaine et participe à l’opération "Alamandin II". En juillet, il rejoint le collège interarmées de défense à Paris comme professeur.

Il est auditeur de la 50e session de l’institut des hautes études de défense nationale en 1997 puis est chargé de mission à l’état-major interarmées de planification opérationnelle à Creil en . Deux ans plus tard, il est affecté au commandement de la force d'action terrestre à Lille comme chef de la division Plans. En , il prend les fonctions de chef de la division Emploi à l’état-major des armées à Paris.

En , il est nommé commandant de l’état-major de force n° 4 à Limoges. Il commande, ensuite, les forces françaises engagées dans l’opération Licorne en Côte d’Ivoire du au . Il reçoit le le commandement de la force d’action terrestre devenu commandement des forces terrestres en ;

Il quitte la tête du commandement des forces terrestres le et fait ses adieux aux armes[2].

Il décède des suites d'un cancer le .

DécorationsModifier

     
     
     
   

IntitulésModifier

NotesModifier