Ouvrir le menu principal

Antoine François Barthélemi de Bournet

général français

Antoine François Barthélemi, Chevalier de Bournet
Naissance
Les Vans (Ardèche)
Décès (à 71 ans)
Nîmes (Gard)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Flag of Royalist France.svg Royaume de France
Flag of France 1790-1794.PNG Royaume des Français
France Première République
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1747-1797

Antoine François Barthélemi[1],[2],[3] Chevalier de Bournet (aussi Antoine-Armand-Barthélemy[4]), né le aux Vans (Ardèche)[4] et mort à Nîmes[1] le , est un général français de la révolution.

BiographieModifier

Il entre en service le , comme lieutenant-en-second au régiment de Bassigny, il est réformé le . Il reprend du service comme enseigne au régiment de Picardie le , il est nommé lieutenant le , et réformé avec le grade de sous-lieutenant à l'occasion de la Paix de 1763.

Le , il réintégre le service avec le grade de lieutenant, il est nommé capitaine le , et capitaine-commandant le . Lieutenant-colonel le au 2e régiment d'infanterie, il est nommé provisoirement adjudant général par le général Dampierre[Note 1], puis chef de brigade le [4], et il est confirmé dans ce grade le .

Il est promu Général de brigade le [4], il est affecté à l'armée du Nord, puis à l'armée des côtes de Brest pour prendre le commandement de la Rochelle le . Affecté à l'armée des côtes de l'Océan le , il est désigné comme commandant de la place de Nantes le .

Il fait partie de l'armée d'Italie[5] de 1796 à 1797 sous les ordres du général André Masséna, il est successivement, commandant de Bassano, de Bologne et d'Ancône[1],[3]. Il est réformé le [4].

Le , il se retire à Nîmes[4][3] où il meurt le [1].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. "Citoyen Bournet" a été presque immédiatement remplacé par le représentant en mission Gasparin tant adjudant général par son supérieur, le colonel du 2e régiment, Macdonald, tandis que Bournet a été fait colonel du 2e régiment.Cf.Mortimer Ternaux, Histoire de la terreur 1792-1794 d'après des documents authentiques et inédits, Tome 5, Michel Lévy, frères, (lire en ligne), p. 574

RéférencesModifier

SourcesModifier