Anna Morandi Manzolini

artiste italienne

Anna Morandi Manzolini, née en à Bologne (Italie) et morte en  dans cette même ville, est une anatomiste italienne.

Anna Morandi Manzolini
Image dans Infobox.
Autoportrait sculpté en cire d'Anna Morandi Manzolini, années 1770, musée du Palazzo Poggi, Université de Bologne
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
BologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Anna MorandiVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Maîtres

Elle était également une enseignante, mais aussi une habile sculptrice et a modelé en cire de nombreuses figures anatomiques.

BiographieModifier

Anna Morandi, de son nom de naissance, est née à Bologne en 1714[1]. En 1740, elle épouse Giovanni Manzolini, anatomiste et professeur d'anatomie à l'université de Bologne[2]. Elle assiste son mari en pratiquant des dissections, apprend l'anatomie et aide son conjoint, un temps assistant d'Ercole Lelli, dans la réalisation de sculptures anatomiques en cire, utilisées notamment dans l'enseignement[2],[3]. Ses réalisations en cire sont remarquées pour leur précision et leurs qualités plastiques[3]. Elle publie un ouvrage sur ses notes anatomiques, et apporte quelques précisions aux connaissances de ses pairs : on lui doit par exemple la détermination du point d'insertion du muscle oblique de l'œil[2]. Elle réalise également des bustes en cire à des fins purement artistiques. Deux de ces bustes sont exposées au Palazzo Poggi de Bologne : l'un est un autoportrait où l'on peut la voir en train de disséquer un cerveau humain ; l'autre représente son mari qui dissèque un cœur[4]. Le portrait d'un homme en cire colorée, qui se trouve actuellement au Victoria and Albert Museum de Londres, est également considéré comme étant à sa manière plutôt qu'à celle de son mari

Lorsque son mari meurt en 1755, Anna Morandi Manzolini enseigne à son tour, notamment pour assurer les ressources dont sa famille (elle a six enfants) a besoin. Elle devient professeur, membre de l'Université de Bologne en 1756 et succède à son mari à la chaire d'anatomie de cette université. Elle est élue à l'académie Clémentine (académie des beaux-arts de Bologne) en 1758. Sa renommée va au delà des limites de sa cité et elle est également élue en 1761 à l'académie du dessin de Florence[2]. Son succès est d’autant plus remarquable que l’anatomie était un métier réservé aux hommes, et que sa pratique et sa position d'enseignant en ce domaine faisaient exception[3]. Elle est invitée dans plusieurs villes, et par plusieurs souverains, notamment à Londres et à Saint-Pétersbourg, mais n'aime pas voyager et se fait pardonner ses refus de ces invitations en y transmettant quelques-unes de ses sculptures[2].

Elle meurt en 1774[2],[5]. Deux ans après sa mort, le Sénat de Bologne rachète les sculptures anatomiques qu'elle possède pour les confier au musée de l'Université de la ville[2],[5]. Le cratère vénusien Manzolini a été nommé en son honneur.

GalerieModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Rebecca Messbarger, The Lady Anatomist : The Life and Work of Anna Morandi Manzolini, University of Chicago Press, (ISBN 978-0-226-52081-0)
  2. a b c d e f et g Yvette Sultan, « Morandi-Manzolini, Anna [Bologne 1716 - Id. 1774] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 3016
  3. a b et c Guilia Longo, « Anna Morandi Manzolini (1714 – 1774). Artiste et anatomiste dans la Bologne du XVIIIe siècle », Caractères,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Anna Morandi Manzolini's wax self-portrait », sur himetop
  5. a et b (it) Susanna Falabella, Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 69, Istituto dell'Enciclopedia italiana Treccani, (lire en ligne), « Manzolini, Giovanni »

BibliographieModifier

Liens externesModifier