Ouvrir le menu principal
Angus Ogilvy
Angus Ogilvy.jpg
Fonction
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière royal de Frogmore (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
David Ogilvy (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
James Ogilvy (en)
Marina Ogilvy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Distinction
Titre honorifique
Le très honorable
Les armoiries d'Angus Ogilvie.

Angus James Bruce Ogilvy est un homme d'affaires britannique né le à Londres et mort le à Kingston upon Thames. Issu de la famille des comtes d'Airlie, il est principalement connu pour avoir été le mari de la princesse Alexandra de Kent, la cousine germaine de la reine Élisabeth II.

BiographieModifier

Angus Ogilvy est le deuxième fils de David Ogilvy (en), le 12e comte d'Airlie, et de son épouse Alexandra Coke. Son grand-père maternel est Thomas Coke (en), le 3e comte de Leicester. Sa grand-mère paternelle Mabell Ogilvy (en) est une amie proche et dame de compagnie de la reine Mary de Teck, tandis que son père sert comme lord-chambellan auprès du roi George V et de la reine Élisabeth, puis Lord-in-Waiting (en) auprès de cette dernière[1],[2].

Angus Ogilvy étudie au collège d'Eton, avant de poursuivre ses études au Trinity College de l'université d'Oxford. Il sert comme officier dans les Scots Guards de 1946 à 1948. Il sort diplômé d'Oxford en 1950 et commence à travailler dans l'immobilier, ayant été repéré par l'homme d'affaires Harley Drayton. Il occupe des postes importants dans plusieurs des entreprises de Drayton dans les années qui suivent[1].

Sa carrière prend un mauvais tour au début des années 1960, lorsque Drayton lui confie la London and Rhodesia Mining and Land Company (rebaptisée par la suite Lonrho), une compagnie minière qui opère en Afrique australe. Avec l'aide d'un entrepreneur anglo-allemand nommé R. W. Rowland (en), Ogilvy parvient à redresser la situation de la compagnie, mais la manière dont Rowland gère ses affaires suscite de nombreuses critiques dans les cercles financiers et politiques, en particulier dans le contexte des sanctions imposées à la Rhodésie après sa déclaration d'indépendance unilatérale. En 1973, le premier ministre Edward Heath décrit cette affaire comme un reflet du « côté déplaisant et inacceptable du capitalisme[3] ». Accusé de négligence et d'indécision, Ogilvy finit par prendre ses distances vis-à-vis de Drayton et démissionne de ses différents postes au milieu des années 1970[1],[4].

Ogilvy se consacre par la suite à des activités philanthropiques, en particulier dans le cadre du Prince's Trust. La reine Élisabeth II le fait chevalier de l'Ordre royal de Victoria en 1989, puis membre du Conseil privé en 1997. Il meurt des suites d'un cancer de la gorge en 2004, à l'âge de soixante-seize ans[1]. Ses funérailles se déroulent le 5 janvier 2005 en la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, et il est inhumé au cimetière royal (en) de Frogmore, à Windsor[5].

Mariage et descendanceModifier

Angus Ogilvy se marie le avec la princesse Alexandra de Kent en l'abbaye de Westminster. Il décline à cette occasion le titre de comte que lui propose la reine Élisabeth II. Ils ont deux enfants :

  • James (né le 29 février 1964) ;
  • Marina (née le 31 juillet 1966).

RéférencesModifier

  1. a b c et d Grierson 2008.
  2. www.burkespeerage.com
  3. (en) Tom Corby, « Obituary: Sir Angus Ogilvy », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Wolfgang Saxon, « Angus Ogilvy, 76, Banker With Ties to British Royalty, Dies », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  5. (en) « Royals attend Sir Angus's funeral », sur BBC News, (consulté le 1er avril 2017).

BibliographieModifier