Andy Capp

Andy Capp est un personnage fictif. Il s'agit du héros de la bande-dessinée éponyme de l'auteur anglais Reg Smythe (1917-1998). À la mort de l'auteur en 1998, les aventures d'Andy Capp avaient été publiées dans 1 700 quotidiens de 52 pays et traduites en 14 langues. Le lectorat était estimé à 250 millions de personnes. En France et en Belgique, ce sont surtout les Éditions du Square et sa revue Charlie mensuel qui, de 1969 à 1981, firent connaître le personnage.

Statue représentant Andy Capp, à Hartlepool, ville natale de l'auteur.

Le décorModifier

Le récit d'Andy Capp se passe dans la banlieue d'une grande ville anglaise. Il s'agit plus précisément d'une banlieue terne des années 1950, 60 ou 70 avec des centaines de maisons identiques, des pubs, un bureau de l'emploi, une église et surtout des terrains de football, de cricket et de rugby.

L'auteur ne situe pas exactement son histoire. Certains croient que l'histoire se passe dans une banlieue de Londres dans l'East End, soit l'ancien quartier de Jack l'Éventreur, qui est resté très populaire et profondément cockney jusqu'à la fin des années 1970. D'autres pensent cependant qu'il s'agit d'un quartier de Hartlepool, un port sur le bord de la mer du Nord non loin de Newcastle. Hartlepool était un port de construction de navires et des milliers d'ouvriers y travaillaient jusqu'à la crise industrielle des années 1970 au Royaume-Uni.

Le personnage principalModifier

Physiquement, Andy Capp est petit (dans les premiers cartoons, il était nettement plus grand), il a un gros nez et les yeux toujours cachés par son éternelle casquette. Il est toujours vêtu d'un costume noir usé dont la veste lui tombe des épaules.

Il vit avec son épouse Florrie au 37 Durham Street.

Il passe ses soirées au pub à boire pintes sur pintes, à jouer au billard et aux fléchettes et à draguer. Il essaie toujours de boire à l'œil en se faisant payer des pintes. Il refuse systématiquement toutes les offres du bureau de chômage, ayant toujours une bonne excuse. Même chose lorsque les créanciers viennent sonner à sa porte. Il dort la plupart du temps sur son divan et ne fait jamais le ménage.

Ses intérêts sont le football, le rugby et le cricket. Râleur et bagarreur, il hait avoir tort et se fait détester des arbitres de ses équipes de sport. Il est aussi colombophile.

Les personnages secondairesModifier

Chalkie White : L'ami d'enfance d'Andy qui l'accompagne toujours au pub. Il est plus mûr et tolérant qu'Andy.

Jackie : Le patron du pub.

Percy Ritson : L'encaisseur du loyer, qui s'en retourne toujours bredouille en pleurant.

Florrie : L'épouse d'Andy. C'est elle qui fait tourner le ménage. Elle prend soin de son époux, le soignant lorsqu'il est malade et préparant ses repas. Des dizaines de fois, elle a fait sa valise pour quitter Andy, mais elle ne va jamais très loin. Elle fait des ménages pour gagner sa vie et doit faire attention à son argent car Andy lui fait régulièrement les poches. Elle accompagne souvent son mari au pub et, buvant elle-même, écoute les commérages des autres femmes présentes, dont elle est jalouse. Cependant, elle émet des doutes quant aux charmes de son époux. Elle joue parfois au loto local et gagne à l'occasion. Sa mère, que l'on ne voit jamais, est la bête noire d'Andy.

Rube White : L'épouse de de Chalkie et la voisine d'Andy et Florrie, avec qui elle se dispute parfois.

Autres personnages : le pasteur moralisateur, le policier flegmatique, la jolie auxiliaire de police et l'employé démoralisé du bureau de chômage.

ÉvolutionModifier

De nos jours, Andy a bien changé. Il ne fume plus depuis 1983. Il ne se bat plus violemment avec Florrie; les deux époux consultent maintenant un conseiller matrimonial.

Dans la culture populaireModifier

SourceModifier

  • Le Collectionneur de Bandes Dessinées, revue 112, 2007.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier