André Koszul

traducteur et professeur français au lycée de Lyon
André Koszul
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Activité
Enfant
Autres informations
Distinctions

André Koszul, né le à Roubaix et mort le est un professeur de lettres angliciste et traducteur français.

BiographieModifier

Fils de Julien Koszul, directeur de l'école nationale de musique de Roubaix, il fait ses études secondaires au collège Notre-Dame-des-Victoires de cette ville et obtient son baccalauréat ès lettres en 1896. Il est boursier de licence à la faculté des lettres de Lille (1897-1899) où ses études supérieures d'anglais se déroulent sous la direction d'Auguste Angellier et de Jules Derocquigny[1]. Il passe l'année universitaire 1898-1899 en Angleterre. Il obtient sa licence ès lettres en 1898 et 3 ans plus tard est reçu premier à l'agrégation d'anglais en 1901 et consacre les neuf années suivantes à l'enseignement dans divers lycées en qualité de professeur agrégé d'anglais. Il consacre sa thèse de doctorat ès lettres à la Sorbonne, le à la jeunesse de Mary Shelley, auteur sur laquelle il travaillera tout au long de sa carrière et dont il deviendra un spécialiste reconnu. Après avoir été suppléant de son ancien maître Auguste Angellier à la faculté de Lille, il est titularisé et enseigne la langue et la littérature anglaise dans cet établissement jusqu'en 1913. Le , il nommé maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Paris.

Lorsqu'éclate la première Guerre mondiale, il est mobilisé le . Sergent d'infanterie il est fait prisonnier par les Allemands à Maubeuge le et rapatrié en France en juillet 1917 après 34 mois de captivité. Il travaille ensuite à la section anglaise du Bureau de la presse étrangère. Il est professeur de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Strasbourg du à . Il est ensuite chargé de mission et "visiting professor" à l'université d'Harvard de février à et en 1938. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il échappe de justesse à la Gestapo lors de la rafle du sur l'université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand. Grand créateur et animateur de l'institut d'anglais de l'université de Strasbourg, il sauve de nombreux ouvrages de la bibliothèque des visées allemandes.

André Koszul dirigea la collection "Shakespeare" (Dent, puis Les Belles Lettres), célèbres par leur petit format et leur couverture rouge, et auxquelles il publia plusieurs traductions de comédies de Shakespeare. Il dirigea également la collection "Théâtre anglais de la renaissance" (Les Belles Lettres).

André Koszul prend sa retraite le . Il est enterré cimetière Saint-Louis, à Versailles [2].

TravauxModifier

  • La jeunesse de Mary Shelley (thèse, 1910), prix Marcelin Guérin de l’Académie française en 1911
  • Traduction des œuvres de Mary Shelley (à partir de 1912)
  • Anthologie de la littérature anglaise (1912, puis 1916)
  • Théâtre de la Renaissance anglaise (1931)
  • Poèmes de Shelley (1943)
  • Traduction de trois volumes de Shakespeare (aux Belles Lettres) : La Tragédie de Roméo et Juliette (1924) (prix Langlois de l’Académie française en 1925) ; Le songe d’une nuit d’été (1938) ; La comédie des erreurs (1949).
  • Traduction de Fête chez le cordonnier (1955) de Dekker.
  • Articles dans la Revue de synthèse historique, la Revue germanique, la Revue pédagogique, la Revue anglo-américaine.

SourcesModifier

Liens externesModifier

NotesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Études anglaises, 1957, n° 1, p. 1.
  2. Collectif Sarka-SPIP, « VERSAILLES (78) : cimetière Saint-Louis - Cimetières de France et d'ailleurs », sur www.landrucimetieres.fr (consulté le 9 septembre 2018)