Université de Cologne (1388-1798)

L’université de Cologne ou Universitas studii Coloniensis, ou selon l'inscription qui figure sur son sceau « universitas studii s[an]c[ta]e civitatis coloniensis » , a été fondée à Cologne en 1388 et fut supprimée à l'époque de la domination française en 1798.

Sceau de l'ancienne université de Cologne.
La cathédrale de Cologne et l'aula de la faculté de théologie en 1665.

HistoireModifier

L'université de Cologne fut fondée le [1]. Elle est chronologiquement la quatrième université du Saint-Empire romain, après l'université Charles de Prague (1348), l'université de Vienne (1365) et l'université de Heidelberg (1386). L'initiative de sa création revient au conseil communal de la ville libre d'Empire Cologne. L'acte de fondation fut entériné par le pape Urbain VI alors en résidence à Pérouse.

Le , jour de l'Épiphanie et fête du saint patron de Cologne, se fit la lecture des leçons inaugurales avec la présence de vingt professeurs. le premier recteur fut Hartlevus de Marca qui commença son enseignement avec une dispute, selon l'usage de la Sorbonne, avec le professeur Gérard Kikpot von Kalkar sur le livre 60, verset 1 d'Ésaïe "la gloire du Seigneur brille sur vous" et le lendemain, une messe solennelle fut chantée dans la cathédrale sans doute car l'église de l'Épiphanie était fermée. L'université avait pris comme référence la plus prestigieuse université de l'époque l'Université de Paris, dont trois quart des professeurs étaient originaires et avaient quitté Paris car l'université de Paris à cette époque suivant le roi Charles VI avait pris parti pour l'anti-pape Clément VII. les autres professeurs venaient de Heidelberg qu'ils avaient quitté à cause de la peste qui y régnait.

Pourtant dès le début de leur enseignement les professeurs de Cologne donnèrent une ligne originale à leur enseignement en s'éloignant des doctrines enseignées à Paris, Vienne et Heidelberg. Ils donnèrent en effet la préminence au droit romain de l'empereur plutôt qu'au droit canonique de l'Église.

Dès son ouverture, l'université compta 700 étudiants qui devinrent rapidement mille, provenant de toutes les parties de l'Europe, unis par l'usage du latin.

La ville de Cologne payait la rémunération d'abord de neuf puis de douze professeurs : quatre théologiens, trois canonistes, trois médecins et deux juristes enseignant le droit civil romain.

Étudiants célèbresModifier

BibliographieModifier

  • Festschrift zur Erinnerung an die Gründung der alten Universität Köln im Jahre 1388, Cologne : Kurt Schröder Verlag, 1938.

Notes et référencesModifier

  1. (de) Carl Anton Werres et Sabine Graumann, Der Landkreis Köln um 1825, Böhlau Verlag Köln Weimar, , p. 164.

SourceModifier

Voir aussiModifier