Anastase de Tirana

L'Archevêque Anastase (en grec : Αναστάσιος Γιαννουλάτος, en albanais : Anastas Janullatos), né le au Pirée, en Grèce, est l'actuel primat de l'Église orthodoxe albanaise avec le titre d'Archevêque de Tirana et de toute l'Albanie (depuis le ).

Anastasios Yannoulatos
Image dans Infobox.
Fonction
Archevêque de Tirana, Durrës et toute l'Albanie
Église orthodoxe d'Albanie
depuis
Damian (en)
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Religions
Consécrateur
Distinction

Il est un des huit présidents du Conseil œcuménique des Églises depuis le .

BiographieModifier

Éducation et PrêtriseModifier

Il est né au Pirée dans une famille d'origine céphalonienne. Après avoir terminé ses études secondaires, il entre en 1947 à la faculté de Théologie de l'université d'Athènes dont il est diplômé en 1952.

Il est ordonné diacre en 1960, puis Prêtre le . Peu après, il part en Ouganda où il sert quelque temps comme Prêtre. Il revient ensuite en Grèce. À partir de 1965, il étudie l'histoire des religions et l'ethnologie dans les universités de Hambourg et de Marbourg, et devient chercheur à l'Université Makerere de Kampala. Pendant son séjour en Allemagne, il est Prêtre auprès de la communauté grecque. En 1970, il obtient un doctorat en Théologie avec la mention summa cum laude. En 1972, il devient professeur associé en histoire des religions de l'université d'Athènes, et deviendra professeur à part entière en 1976.

ÉvêqueModifier

En , il est consacré évêque avec le titre d'évêque d'Androussa. En 1980, en raison de sa bonne connaissance de l'Afrique il est nommé évêque en Afrique de l'est (son diocèse couvre le Kenya, l'Ouganda, la Tanzanie). Sous sa direction, un séminaire a été ouvert et 67 nouvelles églises ont été construites, ainsi que des écoles et centres médicaux. Il a également supervisé la traduction de livres liturgiques en quatre langues locales.

Primat de l'Église d'AlbanieModifier

En 1991, à la suite de la chute du communisme, l'Église orthodoxe albanaise cherche à se relever. Interdite et exterminée sous le régime communiste (qui avait interdit toutes les religions et déclaré l'Albanie État officiellement athée)[1], elle ne compte au début des années 1990 plus que 22 clercs, contre 440 en 1940[2].

Dans ce contexte, le Patriarche de Constantinople Dimitri Ier envoie l'évêque Anastase en Albanie pour qu'il aide à la restauration de l'Église locale. Il arrive à Tirana en . Le , il est intronisé archevêque de Tirana et Primat de l'Église orthodoxe d'Albanie.

Il réorganise toute la vie religieuse sur place malgré les difficultés. Plus de 400 paroisses désaffectées sont rouvertes, 150 nouvelles églises seront construites par la suite, 150 nouveaux clercs seront formés puis ordonnés. Parallèlement, des établissements d'enseignement supérieur sont créés, ainsi que des centres de formation dans les domaines de la santé, de l'éducation et du développement rural.

Pendant la guerre du Kosovo, il met en place un vaste programme humanitaire qui permet de venir en aide à plus de 40 000 réfugiés dans le pays[3].

En 1998, il est nommé membre honoraire de l'académie de Théologie de Moscou. En 2000, il a été nominé pour le Prix Nobel de la paix. Il est président honoraire de la conférence mondiale des religions pour la Paix.

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :