Aloysius Schwartz

Aloysius Schwartz
Image illustrative de l’article Aloysius Schwartz
vénérable
Naissance 18 septembre 1930, Washington, États-Unis
Décès 16 mars 1992, Manille, Philippines 
Nationalité Drapeau : États-Unis Américain
Vénéré à Manille
Béatification cause en cours
Vénéré par l'Église catholique
Fête 16 mars

Aloysius Schwartz ( - ), était un prêtre catholique américain, missionnaire aux Philippines et fondateur de l'Institut des Frères du Christ et des Sœurs de Marie. Il est reconnu vénérable par l'Église catholique. Né à Washington, aux Etats-Unis, Aloysius Schwartz est entré au séminaire en 1944 avant de poursuivre ses études de théologie à l'Université Catholique de Louvain en Belgique.  A l'occasion d'une visite à Banneux (Belgique), où est apparue la Vierge des Pauvres, il eut l'inspiration de dédier son sacerdoce au service des pauvres dans l'accomplissement du message de la Vierge.

A la suite de la Guerre de Corée, des milliers d'enfants étaient laissés orphelins dans les rues de la Corée du Sud.  Le Père Al développa le concept des Villages pour Enfants qui ont perduré et se sont étendus jusqu'à aujourd'hui, pour répondre à leurs besoins. Dans ces Villages pour Enfants, le Père Al a pris soin des orphelins, des enfants abandonnés ou des enfants venant de familles extrêmement pauvres.

Les Villages offrent un logement sécurisé aux enfants, trois repas équilibrés par jour, ainsi qu'une éducation, une formation professionnelle et des soins de santé.

La reconnaissance du travail du Père Al est internationale et multiple : nominé pour le Prix Nobel de la Paix en 1984 et en 1992, il recevra le Prix Ramon Magsaysay pour les Relations Internationales en 1983 ou encore le Prix Mère Teresa de la Chambre de Commerce des Philippines en 1988.

BiographieModifier

Aloysius Schwartz est ordonné prêtre le pour l'archidiocèse de Washington. Le Père Al est incardiné dans le diocèse de Busan en Corée du Sud juste après son ordination. 

L'évêque de Busan, en Corée du Sud, demande de l'aide auprès des diocèses américains après les ravages causés par la guerre ; Aloysius Schwartz se porte volontaire. A son arrivée, il découvre la misère, le chômage, la famine et de nombreux orphelins. Il s'engage dans un ministère dévoué auprès de la population, fondant des œuvres caritatives et vivant au milieu des pauvres.

En 1964, il fonde l'Institut des Sœurs de Marie et en 1981 celui des Frères du Christ. Ces congrégations religieuses ont pour but la poursuite des œuvres de charité de leur fondateur et notamment l'éducation des orphelins et la prise en charge des familles les plus pauvres. Les instituts connaissent une importante croissance en Corée du Sud et s'implanteront aux Philippines et au Mexique.

En 1989, il est touché par une sclérose latérale amyotrophique. C'est avec sérénité qu'il accepte sa maladie et continue même son ministère et le développment de ses instituts, parcourant le pays sur une chaise roulante. Il mourut à l'âge de 62 ans, au milieu de ses religieux et religieuses.

BéatificationModifier

Le , la Congrégation pour les causes des saints autorise l'archidiocèse de Manille à introduire la cause en béatification et canonisation d'Aloysius Schwartz. L'enquête diocésaine s'est clôturée le et transférée à Rome pour y être étudiée par le Saint-Siège.

Le , le pape François reconnaît l'héroïcité de ses vertus et le déclare vénérable.

Les Sœurs de MarieModifier

Les Sœurs de Marie forment une institution chrétienne humanitaire qui a pour mission de venir en aide aux enfants extrêmement pauvres.

Fondée en 1964 par le Père Aloysius Schwartz, la congrégation des Soeurs de Marie compte actuellement plus de 370 Sœurs et encadrent des projets de développements aux Philippines, au Mexique, au Guatemala, au Brésil, au Honduras et en Tanzanie.

Dans chaque pays, les Sœurs viennent en aide aux enfants en leur donnant non seulement un endroit sûr où vivre, une alimentation équilibrée et une éducation, mais aussi en les préparant à un avenir meilleur dans leur pays dans le respect et la continuité de la vision du Père Schwartz.

Aujourd'hui, la Mère Supérieure est Sœur Maria Cho, qui a succédé en 2011 à Sœur Michaëla.  Elle dirige la congrégation ainsi que toutes les institutions qui en dépendent.

Sœur Michaëla avait elle-même succédé au Père Aloysius Schwartz.  Elle est décédée paisiblement début 2019 à Busan, en Corée après avoir été Présidente de notre Conseil d'Administration jusqu'en 2016.

Les Sœurs de Marie sont reconnues en tant que congrégation par décret de l'Eglise Catholique et ont reçu l'approbation de l'Eglise et de l'Etat.  La maison mère se situe à Biga, près de Manille, aux Philippines.

Villages pour EnfantsModifier

A la suite de la Guerre de Corée, des milliers d'enfants étaient laissés orphelins dans les rues de la Corée du Sud.  Le Père Al développa le concept des Villages pour Enfants qui ont perduré et se sont étendus jusqu'à aujourd'hui, pour répondre à leurs besoins. Dans ces Villages pour Enfants, le Père Al a pris soin des orphelins, des enfants abandonnés ou des enfants venant de familles extrêmement pauvres.

Les Villages offrent un logement sécurisé aux enfants, trois repas équilibrés par jour, ainsi qu'une éducation, une formation professionnelle et des soins de santé.

L'éducation dispensée dans les villages est accréditée par les autorités du pays.  Les élèves scolarisés dans les Villages fondés par le Père Al reçoivent une éducation secondaire générale ainsi qu'une formation professionnelle. Les formations professionnelles varient en fonction des Villages selon les besoins économiques régionaux. L'objectif est d'offrir aux enfants la possibilité de trouver un bon travail dès leur sortie du secondaire afin de pouvoir se soutenir financièrement ainsi que leurs familles et communauté.

Tous les élèves sont accueillis en internat.  La plupart des enfants vivant l'extrême pauvreté vivent dans des régions où la violence des gangs est Loi. Assurer aux enfants la sécurité du logement est un prérequis essentiel à leur réussite scolaire.  

La vie en internat est un apprentissage en soi.  En effet, les enfants scolarisés dans nos Villages n'ont jamais utilisé de sanitaires, mangé avec des couverts ou encore porté des chaussures.  L'apprentissage de ces normes sociales leur permettront également de s'intégrer plus facilement dans le monde professionnel une fois diplômé.

Tous les élèves reçoivent trois repas équilibrés par jour.  La plupart des enfants arrivent dans nos Villages dans un état de malnutrition.  Il est nécessaire de combler leurs carences et de leur garantir une nourriture équilibrée quotidienne pour leur permettre de réussir leurs études. Un enfant qui ne mange pas à sa faim aura tendance à s'endormir en cours et rencontrera des difficultés à atteindre le niveau requis pour terminer ses études. L'alimentation des enfants est le premier poste budgétaire après l'éducation.

Tous les élèves sont pris en charge médicalement par des médecins et infirmières qui se chargent de leurs vaccinations ainsi que du traitement de la malnutrition.  Le corps médical est à disposition de tous les enfants afin de soigner les "bobos" quotidiens et assure également des permanences auprès des populations locales les plus pauvres dans les pays où l'Etat ne fournit pas de services adéquats.

Les bureaux de sensibilisation et de récolte de fondsModifier

Le Père Schwartz a fondé des bureaux en Europe et aux Etats-Unis pour sensibiliser les populations sur la réalité et la problématique de la pauvreté infantile et pour lever des fonds pour ses projets sur le terrain.

Opération Terre des Enfants, en Belgique.

Villages du Monde pour Enfants, en France.

World Villages for Children, en Angleterre et aux Etats-Unis.

Wereld Dorpen voor Kinderen, en Belgique néerlandophone et aux Pays-Bas.

SourcesModifier

Notes et référencesModifier