Ouvrir le menu principal

Alistair Carmichael

politicien britannique

Alistair Carmichael
Illustration.
Alistair Carmichael en 2017.
Fonctions
Chef adjoint des Libéraux-démocrates écossais
En fonction depuis le
(7 ans, 1 mois et 26 jours)
Prédécesseur Jo Swinson
Secrétaire d'État pour l'Écosse

(1 an et 7 mois)
Premier ministre David Cameron
Gouvernement Cameron I
Prédécesseur Michael Moore
Successeur David Mundell
Membre de la Chambre des communes
En fonction depuis le
(18 ans, 5 mois et 11 jours)
Élection 7 juin 2001
Réélection 5 mai 2005
6 mai 2010
7 mai 2015
8 juin 2017
Circonscription Orkney and Shetland
Législature 53e, 54e, 55e, 56e et 57e
Prédécesseur Jim Wallace
Biographie
Nom de naissance Alexander Morrison Carmichael
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Islay (Écosse, Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Libéraux-démocrates
(Libéraux-démocrates écossais)
Conjoint Kate Carmichael
Diplômé de Université d'Aberdeen

Alexander Morrison "Alistair" Carmichael MP, né le à Islay, est une personnalité politique britannique, membre des Libéraux-démocrates. Depuis 2012, il est le chef adjoint des Libéraux-démocrates écossais, branche écossaise des Libéraux-démocrates britanniques, et député d'Orkney and Shetland depuis 2001.

Il était le seul député écossais représentant les Libéraux-Démocrates à la Chambre des Communes au cours du 56e Parlement (2015-2017).

De 2013 à 2015, il est Secrétaire d'État pour l'Écosse dans le gouvernement de coalition de David Cameron.

BiographieModifier

Il est né sur l'ile d'Islay, et a fréquenté l'école primaire de Port Helen et à l'école secondaire d'Islay[1]. Il a travaillé entre 1984 et 1989 en tant que directeur de l'hôtel, après 2 années d'études à l'Université de Glasgow. Là, il a été membre du conseil étudiant[2] et le Président du parti Libéral-Démocrate[3]. Il est retourné à l'Université d'Aberdeen, où il a obtenu un Baccalauréat en droit en 1992, la qualification en tant qu'avocat en 1993. De 1993 à 1996, il a été Procureur général adjoint pour Édimbourg et Aberdeen, et de 1996 à 2001, il a été avocat à Aberdeen et Macduff.

Il a épousé Kathryn Jane Eastham en 1987. Ils ont deux fils (nés en 1997 et 2001) et la famille réside dans les Orcades. Il parle le français et l'allemand. Carmichael est un ancien de l'Église d'Écosse[4].

Carrière politiqueModifier

Carmichael a été candidat une première fois à Paisley Sud en 1987, battu par le député sortant, Norman Buchan. Plus tard, il fut élu pour représenter les Orcades et les Shetland aux Élections générales britanniques de 2001, la circonscription précédemment tenu par Jim Wallace et Jo Grimond. Il a été nommé porte-parole Libéral-Démocrate pour le Bureau pour l'Irlande du Nord et le Bureau pour l'Écosse de Sir Menzies Campbell en [5], mais il a démissionné en , pour voter en faveur d'un référendum sur le Traité de Lisbonne[6]. Il est reconduit à ce poste par Nick Clegg en . Il a aussi brièvement servi comme porte-parole du parti Libéral-Démocrate pour les Affaires intérieures, à la suite de la démission de Mark Oaten.

Au début du Gouvernement Cameron (1) en , Carmichael a été nommé Whip en Chef Adjoint et Contrôleur de la maison. En 2011, il a été élu président d'Honneur des jeunes Libéraux-Démocrates écossais[7].

Le Chef adjoint des Libéraux-Démocrates écossais et Secrétaire d’État pour l’ÉcosseModifier

Carmichael a pris la relève de Jo Swinson comme Leader Adjoint des Libéraux-Démocrates écossais, le à l'assemblée annuelle du parti Libéral-Démocrate à la conférence de Brighton[8].

En , il a été promu par Nick Clegg au poste de Secrétaire d'État pour l'Écosse dans le Cabinet, en remplacement de Michael Moore[9].

Élection Générale de 2015Modifier

Carmichael a conservé son siège aux Élections générales britanniques de 2015, le seul Libéral Démocrate en Écosse sur les 11 députés élus en 2010. Les Libéraux-Démocrates ont également perdu la majorité de leurs sièges dans le reste du Royaume-Uni, et Carmichael était l'un des huit députés Libéraux Démocrates de retour au Parlement.

Suite à la démission de Nick Clegg chef de parti, Alistair Carmichael a pris temporairement la charge des Libéraux Démocrates à la Chambre des Communes[10], sous la direction du président du Parti, Sal Brinton[11].

Le , au cours de la campagne électorale Carmichael a été impliqué dans la fuite d'une note de service du Bureau pour l'Écosse sur les commentaires qui auraient été faits par l'ambassadrice française Sylvie Bermann à propos de Nicola Sturgeon, affirmant qu'elle avait privé déclaré qu'elle souhaitait "plutôt voir David Cameron rester en tant que premier ministre", en opposition à ses déclarations publiques[12]. La véracité de la note de service a été rapidement démentie par l'ambassadeur de France, le Consul Général de France et Nicola Sturgeon elle-même[13].

Au moment de la fuite, Carmichael a nié en avoir connaissance dans une interview à la télévision avec la chaîne Channel 4 News[14]. Après l'élection, Carmichael a reconnu que le contenu de la note était incorrect, et a admis qu'il avait menti, et qu'il avait autorisé la fuite du mémo dans les médias. L'enquête a trouvé les relevés de téléphone de Euan Roddin, le conseiller de Carmichael qui a contacté le Télégraph , le 1er avril, deux jours avant que l'histoire ne sorte[15]. Carmichael a présenté des excuses et a accepté que s'il avait toujours été un ministre du gouvernement, c'est une question qui aurait provoqué sa démission[16].

Quatre électeurs de l'île d'Orkney et Shetland déposé un recours le , à la dernière date possible pour le faire après les élections générales du [17],[18]. le , la commission Parlementaire des Normes a lancé une enquête sur sa conduite, en vertu des articles 10, 14 et 16 du Code de Conduite[19], mais cette enquête a été abandonnée car Carmichael a pris connaissance de la note par le Scottish Office et non pas en sa qualité de député[20]. Le , il a été décidé que, bien qu'il avait dit un "mensonge éhonté", dans une interview à la télévision, il n'avait pas été prouvé au-delà de tout doute raisonnable qu'il avait commis une "pratique illégale"[21] et il a été autorisé à conserver son siège[22]. En , son compte de campagne a été rejeté, lui laissant 150 000 £ à ses frais[23].

RéférencesModifier

  1. « CARMICHAEL, Alexander Morrison, (Alistair) », Who's Who online edition, sur Who's Who online edition, Oxford University Press, (consulté le 12 juin 2009)
  2. Alistair Carmichael, « Speech to the Scottish Liberal Democrat spring conference in Aviemore », Scottish Liberal Democrats, (consulté le 12 juin 2009)
  3. « Alistair Carmichael MP: I am excited and inspired by the idea of having Ming as our leader », (consulté le 12 juin 2009)
  4. « The Liberal Democrats – Official Website », Libdems.org.uk (consulté le 7 octobre 2013)
  5. Deborah Summers, « Campbell reshuffles frontbench », The Guardian, London,‎ (lire en ligne)
  6. Lib Dem trio quit in referendum revolt – The Independent, 5 March 2006
  7. « Alistair Carmichael », lyscotland.org, sur lyscotland.org
  8. « BBC News – Alistair Carmichael new deputy leader of Scottish Lib Dems », Bbc.co.uk, (consulté le 7 octobre 2013)
  9. Andrew Sparrow, « Government and Labour reshuffle: Politics live blog | Politics », theguardian.com (consulté le 7 octobre 2013)
  10. « John Bercow to continue as Commons Speaker », sur BBC News (consulté le 23 mai 2015)
  11. Rose Troup Buchanan, « Every major British political party – except the Conservatives – currently led by a woman », sur Independent.co.uk, Independent Group (consulté le 23 mai 2015)
  12. Simon John, « Nicola Sturgeon secretly backs David Cameron », sur telegraph.co.uk, (consulté le 26 mai 2015)
  13. Michael Settle, « Carmichael caught in his own tangled web of deceit », sur HeraldScotland.com (consulté le 23 mai 2015)
  14. Video of Alistair Carmichael interview by Channel 4
  15. "Carmichael faces ethics inquiry as demands grow for him to quit as MP", Herald Scotland, 24 May 2015
  16. Tim Reid, « Alistair Carmichael admits Nicola Sturgeon memo leak », BBC,‎ (lire en ligne)
  17. Carmichael facing legal challenge as campaigners raise £43,000 the Herald, 29 May 2015
  18. (en) « Alistair Carmichael legal campaign reaches £60,000 target », sur BBC News, (consulté le 11 avril 2018)
  19. Standards watchdog to investigate Carmichael memo leak BBC News 2 June 2015
  20. (en) « Carmichael probe dropped over Frenchgate remit issue », sur Scottish Legal News, (consulté le 11 avril 2018)
  21. « Alistair Carmichael case: Legal bid to oust Lib Dem MP fails », BBC News,‎ (lire en ligne)
  22. « Alistair Carmichael: election court throws out attempt to unseat MP », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  23. « Alistair Carmichael faces £150,000 bill after attempt to oust him », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier