Alfred van der Poorten

mathématicien néerlando-australien

Alfred Jacobus (Alf) van der Poorten ( - ) est un mathématicien néerlando-australien, spécialiste de théorie des nombres. Il travaille pendant de nombreuses années dans les facultés de mathématiques de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud et de l'Université Macquarie.

Alfred van der Poorten
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeurs de thèse
Distinctions

BiographieModifier

Van der Poorten est né dans une famille juive à Amsterdam en 1942, après le début de l'occupation allemande. Ses parents, David et Marianne van der Poorten, l'ont placé en famille d'accueil auprès de la famille Teerink à Amersfoort, sous le nom de « Fritsje » ; l'aîné van der Poortens est entré dans la clandestinité, a été capturé par les nazis, a survécu aux camps de concentration et a retrouvé van der Poorten et ses deux sœurs après la guerre. La famille a déménagé à Sydney en 1951, voyageant là-bas à bord du SS Himalaya (en)[1],[2],[3].

Van der Poorten a étudié à la Sydney Boys High School (en) de 1955 à 1959 [4] et y a obtenu un score élevé à l'examen de fin d'études. Il passe un an en Israël puis étudie les mathématiques à l'université de Nouvelle-Galles du Sud, où il obtient une licence en 1965, un doctorat en 1968 sous la direction conjointe de George Szekeres et Kurt Mahler, et une maîtrise en administration des affaires. Alors qu'il était étudiant à l'UNSW, il a dirigé le conseil du syndicat étudiant et a été président de l'Union universitaire, tout en aidant à diriger plusieurs organisations étudiantes juives et sionistes. Il a également aidé à gérer la librairie coopérative de l'université, où il a rencontré et épousé en 1972 une autre gérante de librairie, Joy FitzRoy[1],[2],[3],[5].

À la fin de ses études en 1969, van der Poorten a rejoint la faculté de l'UNSW en tant que professeur de mathématiques pures. Il est devenu maître de conférences en 1972 et professeur agrégé en 1976. En 1979, il a déménagé à l'Université Macquarie pour devenir professeur titulaire et directeur de la School of Mathematics, Physics, Computing and Electronics, un rôle administratif qu'il a occupé jusqu'en 1987, puis repris de 1991 à 1996. À partir de 1991, il a également dirigé le Center for Number Theory Research à Macquarie. Il a pris sa retraite en 2002[1],[3].

En 1973, van der Poorten a fondé l'Australian Mathematical Society Gazette, et il a continué à l'éditer jusqu'en 1977[1]. Il a été élu président de la Société mathématique australienne en 1996[2].

Van der Poorten a également été actif dans le fandom de la science-fiction, à partir du milieu des années 1960. Il a été l'un des premiers membres de la Sydney Science Fiction Foundation, a assisté à la première SynCon en 1970, est devenu ami avec l'éditeur de Locus Charles N. Brown (en) et (avec le psychologue Tom Newlyn) était connu comme l'un des « terribles jumeaux de Sydney ». Ses activités fanatiques ont considérablement diminué à la fin des années 1970, mais jusqu'en 1999, il était membre de la 57e Convention mondiale de la science-fiction (en) à Sydney où il a aidé à tenir la table Locus[6],[7].

RechercheModifier

Van der Poorten est l'auteur d'environ 180 publications en théorie des nombres, sur des sujets tels que le théorème de Baker, les fractions continues[8], les courbes elliptiques, les langages réguliers, les suites entières dérivées des relations de récurrence et les nombres transcendants. Certains de ses résultats significatifs incluent son théorème de 1971 en algèbre des périodes[9], la solution de 1988 de la conjecture de Pisot sur la rationalité des quotients d'Hadamard des fonctions rationnelles[10],[11], son travail de 1992 avec Bernard Dwork sur la constante d'Eisenstein[12], son travail avec Enrico Bombieri sur l'approximation diophantienne des nombres algébriques, et son article de 1999 avec Kenneth Stuart Williams sur la formule de Chowla-Selberg [13]. Il avait de nombreux co-auteurs, le plus fréquent étant son collègue John H. Loxton, qui a rejoint la faculté UNSW en 1972 et qui plus tard, comme van der Poorten, a déménagé à Macquarie[2],[3].

En plus de publier ses propres recherches, van der Poorten s'est fait remarquer pour ses écrits explicatifs, parmi lesquels un article sur le théorème d'Apéry sur l'irrationalité de ζ(3) [14] et son livre sur le dernier théorème de Fermat [15],[3].

Prix et distinctionsModifier

Van der Poorten a reçu le Australian Youth Citizenship Award en 1966 pour ses activités de leadership étudiant[3]. Il est devenu membre de l'Ordre d'Australie en 2004[2].

Avec Ian Sloan, van der Poorten a reçu l'une des deux premières médailles George Szekeres de la Société mathématique australienne en 2002, et il est devenu membre honoraire de la société en 2009[16],[17].

Publications (sélection)Modifier

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alfred van der Poorten » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c et d (en) G. J. McCarthy, « Encyclopedia of Australian Science | Van der Poorten, Alfred Jacobus (1942 – ) », (consulté le ).
  2. a b c d et e (en) Malcolm Brown, « Lauded mind brought humour in numbers: Alf van der Poorten, 1942–2010 », Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne).
  3. a b c d e et f (en) David Hunt, « Obituary: Alfred Jacobus (Alf) van der Poorten », Gazette of the Australian Mathematical Society, vol. 38, no 1,‎ , p. 33–36 (lire en ligne).
  4. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  5. (en) « Alfred van der Poorten », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  6. (en) John Foyster, « Scraps from an album », Mimosa (magazine), vol. 25,‎ , p. 34–36 (lire en ligne).
  7. (en) Mike Glyer, « Two Australian Fans Pass Away », File 770,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Alfred van der Poorten, « Symmetry and folding of continued fractions », Journal de Théorie des Nombres de Bordeaux, vol. 14, no 2,‎ , p. 603-611 (lire en ligne).
  9. (en) A. J. Van der Poorten, « On the arithmetic nature of definite integrals of rational functions », Proc. Amer. Math. Soc., vol. 29,‎ , p. 451-456 (lire en ligne)
  10. van der Poorten 1988.
  11. (en) Robert Rumely, « Notes on van der Poorten's proof of the Hadamard quotient theorem », Séminaire de théorie des nombres, Paris,‎ 1986-87, p. 349-382 et 383-409, Part I, Part II.
  12. Dwork et van der Poorten 1992.
  13. van der Poorten et Williams 1999.
  14. van der Poorten 1979.
  15. van der Poorten 1996.
  16. (en) « The George Szekeres Medal », sur Australian Mathematical Society, .
  17. « Vale Alf van der Poorten », sur Australian Mathematical Society, .
  18. (en) Alfred van der Poorten, Thomas Ward, Igor Shparlinski et Graham Everest, Recurrence Sequences, Springer Verlag, (ISBN 978-1-4704-2315-5, lire en ligne).

Liens externesModifier