Alfred Pampalon

Alfred Pampalon[1], né le à Lévis, Québec-Canada, mort à 28 ans le à Sainte-Anne-de-Beaupré, Québec.), est un prêtre rédemptoriste.

BiographieModifier

Alfred Pampalon est né le de l'union de Joséphine Dorion et d'Antoine Pampalon, constructeur d'églises, vivant dans la paroisse de Notre-Dame-de-la-Victoire à Lévis, au Québec. Sa maison natale est située au 42, rue Wolfe dans le Vieux-Lévis.

À 9 ans, il poursuit ses études au Collège de Lévis.

À l'âge de 17 ans, il est atteint d'une maladie pulmonaire. Sur la côte de Beaupré, existait un sanctuaire dédié à Sainte Anne. Tout l'entourage d'Alfred va y prier pour sa guérison, et celui-ci fait vœu de devenir prêtre s'il guérit.

Dès qu'il eut repris des forces, il partit en pèlerinage à Sainte Anne, avec son chapelet à la main, et prie longuement au sanctuaire. Fidèle à son vœu, il devint prêtre le . Les Rédemptoristes n'ayant pas encore de maison au Québec, le , Alfred s'embarque pour l'Europe.

Ses supérieurs l'envoient à Mons en Belgique où il exerce son ministère en enseignant le catéchisme, visitant les malades. Il disait : « J'ai promis à ma Bonne Mère de devenir un saint! Et ma confiance en elle me le fait espérer ! ».[réf. nécessaire]

Retour au QuébecModifier

Son état de santé s'aggravant, ne pouvant plus assumer sa charge, le , Alfred Pampalon revient au Canada. Il réintègre le monastère de Sainte-Anne de Beaupré, où il continue à exercer son ministère à la Basilique, il refuse la morphine. Il murmurait : « Ô bonne, ô douce, ô tendre Marie!... Venez me chercher... Je suis prêt à souffrir... jusqu'au jugement dernier... Mais... je désire vous contempler... ô aimable Marie... Venez me chercher... Miséricordieux Jésus..., ayez pitié de moi. »[réf. nécessaire]

Le , après avoir entonné le Magnificat, il meurt, entouré de ses frères Rédemptoristes. Son tombeau est situé dans la crypte de la Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré.

Après sa mort il y eut beaucoup de témoignages de guérisons physiques et spirituelles de personnes qui se rendaient sur sa tombe pour l'invoquer.[réf. nécessaire]

Le , il a été déclaré vénérable par le pape Jean-Paul II.

PatronageModifier

Alfred Pampalon est le patron des alcooliques et des toxicomanes.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. DESROCHERS, Gérard., Alfred Pampalon, Sainte-Anne-de-Beaupré, Secrétariat de la Basilique, , 231 p. (ISBN 978-2-89238-187-0)

SourcesModifier

Archives de la Société d'histoire régionale de Lévis.

Liens externesModifier