Ouvrir le menu principal

Alexandre Blanchet (médecin)

médecin français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blanchet.
Alexandre Blanchet
Alexandre Louis Paul Blanchet. Lithograph by J. B. A. Lafoss Wellcome V0000587.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Alexande-Louis-Paul Blanchet, né le à Saint-Lô[1] et mort le dans le 2e arrondissement de Paris[2], est un chirurgien français.

BiographieModifier

Reçu docteur en médecine à Paris en 1842, il se fait connaître surtout par ses travaux sur les maladies de la vue, de l'oreille, et de la surdi-mutité. Nommé chirurgien en chef de l'Institution des sourds-muets, il essaye sur ses patients un traitement dont la musique est la base et qui reçoit l'approbation de l'Académie de médecine.

En 1847, le docteur Blanchet fonde une société pour l'assistance et l'éducation des sourds-muets ainsi que des aveugles en France. Il milite aussi pour l'éducation des sourds-muets au contact d'enfants non handicapés et leur maintien auprès de leur famille.

De 1849 à 1852, il visite aux frais de l'État les établissements de sourds-muets d'Allemagne, de Belgique, etc. afin d'étudier les procédés qui y sont en vigueur, tant au point de vue pédagogique qu'au point de vue du traitement et des procédés de guérison.

Alexandre Blanchet était officier de la Légion d'honneur.

Il est inhumé à Saint-Lô.

ŒuvresModifier

  • Traité philosophique et médical sur la surdi-mutité. (1550-1552, 2 volumes.)
  • Sur la théorie des ondes sonores.
  • Sur les maladies de l'oreille externe.
  • La musique employée chez le sourd-muet au développement de l'appareil vocal et de l'audition.
  • Plan d'éducation dans une institution de sourds-muets.
  • De la possibilité de faire percevoir le son au sourd-muet incurable.
  • De l'éducation pratique des sourds-muets.
  • De l'éducation pratique des aveugles.

SourceModifier

  • Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Tome II.

NotesModifier

  1. Acte de naissance inséré dans son dossier de Légion d'honneur.
  2. Archives de Paris, état-civil numérisé du 2e arrondissement, acte de décès No188 de l'année 1867. Le médecin meurt à son domicile 19 rue de Gramont.

AnnexesModifier