Alekseï Sokolski

Alekseï Pavlovitch Sokolski est un joueur d'échecs et un théoricien des échecs soviétique né le à Kangouch dans le Gouvernement de Penza (aujourd'hui Oblast de Penza) et mort le à Minsk.

Alekseï Sokolski
Alexey Sokolsky (circa 1950).jpg
Alekseï Sokolski vers 1950.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
MinskVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Cimetière oriental de Minsk (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Titre aux échecs
Maître du sport de l'URSS (jeu d'échecs) (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Entraîneur émérite de l'URSS (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Carrière aux échecsModifier

Sokolski fut vice-champion de la république soviétique de Russie en 1935. Il finit cinquième du championnat de Léningrad en 1937-1938. Champion d'Ukraine à deux reprises (en 1947 et 1948, après un match de départage contre Poliak), il se qualifia quatre fois pour la finale du championnat d'échecs d'URSS (en 1944, 1949, 1950 et 1954).

Il remporta le premier championnat d'URSS d'échecs par correspondance 1948-1951.

Aleseï Sokolski fut le secondant de Issaak Boleslavski en 1950 et 1953 lors des tournois des candidats. Il fut vice-champion de Biélorussie en 1958 et 1960

PublicationsModifier

Sokolski est l'auteur de plusieurs livres sur les échecs. En 1960, il publia un manuel sur les ouvertures où il présente de nombreuses innovations.

En 1963, il publia une monographie sur l'ouverture de l'orang-outang (1. b4) qui fut traduite en allemand en 1964 :

  • (de) A. P. Sokolski, Die Eröffnung 1. b2-b4, Schach Archiv, Hambourg, 1964.

L'ouverture de l'orang-outang est appelée ouverture Sokolski en Union Soviétique et en Russie.

Son livre sur les ouvertures modernes a été traduit en anglais :

  • (en) Modern Openings in Theory and Practice, Londres, 1962.

Contributions à la théorie des ouverturesModifier

Outre ses expériences avec l'ouverture de l'orang-outang, Sokolsi a donné son nom à plusieurs variantes d'ouverture :

  • 1. f4 d5 2. Cf3 Cf6 3. e3 g6 4. b3 dans l'ouverture Bird ;
  • 1. d4 Cf6 2. c4 g6 3. Cc3 d5 4. cxd4 Cxd5 5. e4 Cxc3 6. bxc3 (variante d'échange de la défense Grünfeld) 6... Fg7 7. Fc4 c5 8. Ce2 O-O 9. O-O Cc6 10. Fe3 cxd4 11. cxd4 Fg4 12. f3 Ca5 13. Fd3 Fd7 14. d5, suivi de 14... Fxa1 15. Dxa1, sacrifice de qualité que Sokolski joua en 1944 (sans les coups 11... Fg4 et 12. f3) dans une partie contre Tolouch[1] ;
  • 1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. g3 d5 4. Fg2 Fe7 5. Cf3 O-O 6. O-O Cbd7 7. Dc2 c6 8. Cbd2 b6 9. b3 a5 10. Fb2 Fa6 dans la partie catalane (ligne principale), qu'il joua avec les Noirs en 1947 contre Novotelnov ;
  • 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fc4 Fc5 4. b4 Fxb4 5. c3 Fa5 6. d4 d6 7. Fg5 dans le gambit Evans accepté (variante préconisée par Alapine en 1903 et pratiquée par Sokolski) ;
  • 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fc4 Fc5 4. b4 Fb6 5. a4 a6 6. Cc3 (variante du gambit Evans refusé aussi appelée variante Showalter) ;
  • 1. e4 e5 2. Cf3 d6 3. d4 Cf6 4. dxe5 Cxe4 5. Cbd2, variante de la défense Philidor pratiquée lors du match Sokolski-Iline-Jenevski en 1937 ;
  • 1. e4 c5 2. Cf3 d6 3. Fb5+ (variante de Moscou de la défense sicilienne), 3... Fd7 4. Fxd7+ Dxd7 5. c4 (variante Sokolski)[2].

Notes et référencesModifier

  1. François Le Lionnais et Ernst Maget, Dictionnaire des échecs, Paris, Presses universitaires de France, , 432 p., p. 362
  2. (en) David Hooper et Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press, , 2e éd. (ISBN 0-19-866164-9), p. 378

BibliographieModifier

  • (en) Harry Golombek (éditeur) The Penguin Encyclopaedia of Chess, Penguin, 1981

Liens externesModifier