Alberto Octavio t'Serclaes de Tilly

Alberto Octavio t'Serclaes de Tilly
Naissance
Bruxelles
Décès (à 68 ans)
Barcelone
Allégeance Drapeau de l'Espagne Monarchie espagnole
Conflits Guerre de Succession d'Espagne
Distinctions Grand d'Espagne
Ordre de la Toison d'or
Autres fonctions Vice-roi de Navarre (1706-1709)
Capitaine général d'Aragon et de Catalogne

Emblème

Alberto Octavio, prince de t'Serclaes de Tilly, était un général espagnol, né à Bruxelles le et mort à Barcelone le .

BiographieModifier

Albert Octave n'est pas le fils de Jean 't Serclaes, comte de Tilly qui ne fut pas marié et n'eut pas descendance et le petit-fils de Jean II de Montmorency, 1er prince de Robech.

Il passa au service de la principauté de Liège en 1689, comme général en chef des troupes liégeoises.

En 1698, il devient maître de camp général des troupes aux Pays-Bas.

Alberto Octavio est fait prince en 1693 par le roi Charles II d'Espagne.

Il sert durant la Guerre de Succession d'Espagne aux côtés du roi Philippe V d'Espagne contre l'empereur Léopold Ier. Il participe d'abord à la campagne dans les Pays-Bas espagnols en 1701 et 1702 puis à la campagne portugaise en 1704.

En 1705, il y eut une conspiration dans laquelle Diego Dávila Mesía y Guzmán (en), capitaine général de Catalogne, prit le parti de Charles d'Autriche. Alberto Octavio mit en garde les autorités centrales. Pour cette aide, Philippe l'éleva à la dignité de Grand d'Espagne.

Il servit comme vice-roi de Navarre de 1706 à 1709. Il est nommé capitaine général d'Aragon en 1711, puis de Catalogne en 1714 (en remplacement de FitzJames). Il mourut à Barcelone l'année suivante.

DescendanceModifier

La légitimité de sa fille, "Albertine-Josèphe t'Serclaes-Tilly" ou "Albertine-Josèphe t'Serclaes, comtesse de Tilly et du Saint-Empire" a été contestée juridiquement au XVIIIe siècle car elle était issue d'un "mariage putatif" avec Alexandrine de Bacq[1].

La fille d'Albertine, Isidora de Ruiz de Castro y T'Serclaes de Tilly, Princesse de T'Serclaes, Grande d'Espagne, épousa à Grenade le le comte Juan de Dios de Guzmán y Maraver[2]. Leur fils, Don Andrés de Guzmán y Ruiz de Castro t'Serclaes de Tilly, comte de Guzmán, joua un rôle trouble pendant la Révolution française et fut guillotiné en 1794.

Notes et référencesModifier

  1. Philippe-Antoine Merlin de Douai, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Bruxelles, 1827 (Cinquième édition), Tome 17, p. 327 et sesq.
  2. Adolfo Barredo de Valenzuela, Ampelio Alonso-Cadenas López, Nobiliario de Extremadura: Parrilla-Ruvio, Ediciones Hidalguia, 2001, p. 55