Albert Meyer

politicien suisse
Albert Meyer
Illustration.
Photographie officielle d'Albert Meyer.
Fonctions
53e conseiller fédéral

Département de l'intérieur (1930-34)
Département des finances et des douanes (1934-38)

(9 ans)
Prédécesseur Robert Haab
Successeur Ernst Wetter
Président de la Confédération

(1 an)
Président du PRD

(6 ans)
Prédécesseur Eugen Dietschi
Successeur Hermann Schupbach
Conseiller national

(14 ans, 3 mois et 11 jours)
Législature 23e à 28e
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Fällanden (Suisse)
Origine Fällanden et Zurich
Date de décès (à 83 ans)
Lieu de décès Fällanden (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique PRD
Diplômé de Université de Zurich
Profession Journaliste
Conseillers fédéraux de Suisse
Présidents de la Confédération suisse

Albert Meyer, né le à Fällanden (originaire du même lieu et de Zurich) et mort le , est une personnalité politique suisse, membre du Parti radical-démocratique (PRD).

Il est conseiller fédéral de 1930 à 1938, à la tête du Département de l'intérieur pendant quatre ans puis du Département des finances et des douanes. Il est président de la Confédération en 1936.

BiographieModifier

Albert Meyer naît le à Fällanden, dans le canton de Zurich. Il est originaire du même lieu et de Zurich. Il est le deuxième enfant[1] d'un agriculteur, Johann Jakob, qui a présidé sa commune et siégé au Grand Conseil du canton de Zurich[2].

Il fait ses écoles primaire et secondaire à Fällanden, puis le gymnase à Zurich. Il y entame des études de droit et d'économie à l'université, qu'il poursuit à Leipzig et à Berlin. L'Université de Zurich lui décerne un doctorat en droit et en économie politique en 1895[1].

D'abord secrétaire aux finances de la ville de Zurich, il devient rédacteur économique à la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) en 1897, puis responsable de la rubrique économique et enfin rédacteur en chef du journal en 1915[2],[1]. Après sa démission du Conseil fédéral à la fin 1938, il est élu au comité d'administration de la NZZ et en reste membre jusqu'en 1944[1].

En 1900, il épouse Elisabeth von Orelli, fille d'un inspecteur forestier de Zurich[2]. Ils n'auront pas d'enfants. Elle meurt le , à 53 ans[1].

Il a le grade de lieutenant-colonel à l'armée[2].

Gravement malade à partir de 1946, il meurt le , à 83 ans[1]. Il est enterré au cimetière de Fluntern à Zurich[3].

Parcours politiqueModifier

En 1907, il est élu au parlement de la ville de Zurich. Il le préside en 1912 et y siège jusqu'en 1927[2],[1].

Il est élu au Conseil national en 1915. Réélu en 1918, 1922, et 1926, il y siège jusqu'à la fin de l'année 1929. Il préside par ailleurs le PRD de 1923 à 1929[2],[1].

Il est élu au Conseil fédéral le , au quatrième tour, contre le candidat radical officiel Oskar Wettstein. Après un jour de réflexion, il accepte son élection et succède ainsi à Robert Haab au gouvernement. Réélu à deux reprises ( et ), il dirige d'abord le Département de l'intérieur jusqu'à fin , puis celui des finances et des douanes jusqu'à la fin 1938. Confronté à la Grande Dépression, il s'oppose à une dévaluation du franc, mais se la voit imposer par le collège le [2],[1].

Il est élu président de la Confédération le pour l'année 1936[1].

Il démissionne le pour la fin de l'année[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j et k (de) Urs Altermatt (éd.), Das Bundesratslexikon, NZZ Libro, , 759 p. (ISBN 978-3-03810-218-2), p. 338
  2. a b c d e f et g Alfred Cattani (trad. Walter Weideli), « Albert Meyer » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. (de) Friedhof Fluntern - Gräber von prominenten Verstorbenen[PDF]

Liens externesModifier