Ouvrir le menu principal
Alain Le Buhé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Bodadeg ar Sonerion
-
Martial Pézennec (d)
Bob Haslé (d)
Biographie
Naissance
Activité
Enfant
Autres informations
Membre de

Alain Le Buhé, dit Alan Le Buhé est une personnalité de la musique bretonne né en 1939 à Quiberon. Sonneur au bagad Bleimor puis au Bagad de Lann-Bihoué, il est aussi à l'origine du Bagad Roñsed-Mor. Il est aussi président de la Bodadeg ar Sonerion de 1991 à 1998.

Sommaire

BiographieModifier

Alan Le Buhé né en 1939 à Quiberon. Ses parents s'installent en région parisienne après la Seconde Guerre mondiale. Il est découvre la musique bretonne lors de vacances dans la région, et commence à prendre des cours de musique une fois revenu à Paris. En raison du prix élevé d'une cornemuse à l'époque, il choisit d'apprendre à jouer de la bombarde, à l'âge de neuf ans[1]. Il intègre le Bagad Bleimor, dirigé alors par Donatien Laurent, et y reste jusqu'à ce que son service militaire l'amène à intégrer le Bagad de Lann-Bihoué. Au terme de celui-ci, il s'installe en Bretagne[2].

Une fois établi en Bretagne, il commence à sonner en couple avec de vieux sonneurs que lui recommande Yvon Palamour. Il fréquente aussi plusieurs bagadoù du Morbihan. À la demande de l'abbé Yves Le Mentec, il fonde le Bagad Arvorizion Karnag en 1964. Ce groupe se singularise alors par l'utilisation de biniou kozh, alors que les autres groupes de l'époque optent alors pour la grande cornemuse écossaise[2]. En trois ans, le groupe réussi à attirer une cinquantaine de musiciens, mais Alan Le Buhé décide de quitter le groupe. Il fonde un second bagad à Locoal-Mendon d'où est originaire sa femme, le Bagad Roñsed-Mor en 1969[3].

Membre de l'assemblée des sonneurs Bodadeg ar Sonerion, Alain Le Buhé est d’abord responsable des sonneurs en couple avant d'occuper le poste de président de l'association, de 1991 à 1998[4].

Collectionneur d'instruments depuis 1958[5], il se passionne par les caractéristiques et filassions des différentes cornemuses et hautbois provenant de Bretagne, de France et du monde entier[6]. En 2009, il engage la mise en place d'un musée vivant, fixe et itinérant, autour de cette collection, à des fins pédagogiques et culturels[7]. L'association qu'il créé, Dasson An Awel (« l'écho du vent »), organise des animations pédagogiques, des recherches et des expositions dès 2009 lors du festival interceltique[8].

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. « Des cornemuses et des bombardes exposées à Saint-Clément », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2017)
  2. a et b Armel Morgant 2005, p. 15
  3. Armel Morgant 2005, p. 16
  4. Martin Cadoret, « Alan Le Buhé, sonneur globe-trotter », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2017)
  5. « Cornemuses et de bombardes. 70 instruments exposés », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2017)
  6. « Les instruments du monde d'Alain Le Buhé », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2017)
  7. « Locoal-Mendon. Bombardes et cornemuses du monde : un musée vivant », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2017)
  8. « Binious du monde. La première exposition à Lorient est un succès », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2017)

BibliographieModifier

  • Armel Morgant, « Alan Le Buhé », dans Armel Morgant, Bagad : vers une nouvelle tradition, Spézet, Coop Breizh, (ISBN 2-84346-252-5), p. 14-17

Lien externeModifier