Ouvrir le menu principal

Ahmed Ould Daddah

homme politique mauritanien
Ahmed Ould Daddah
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
أحمد ولد داداهVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique

Ahmed Ould Daddah (en arabe: أحمد ولد داداه) né le , est un homme politique mauritanien. Il est le frère du premier président Moktar Ould Daddah.

Sommaire

BiographieModifier

Formation et étudesModifier

Né en août 1942 à Boutilimit au Sud-Ouest de la Mauritanie, Ahmed Ould Daddah suit une formation traditionnelle coranique avant de passer un baccalauréat scientifique à l'âge de 20 ans. En 1967, il obtient une licence en sciences économiques à paris et en 1970 il détient un DES à Dakar[1].

CarrièreModifier

Il est recruté comme conseiller économique et financier adjoint de Mokhtar Ould Daddah en 1967. En 1971, Ahmed Ould Daddah est désigné comme le directeur de Sonimex (société nationale d'import-export). Il est gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie dès sa création en 1973 et ce jusqu'à 1978[1]. Il est nommé ministre des Finances et du commerce en 1978 jusqu'au coup d'état du 10 juillet 1978[2]. Au cours de cette année, il est recruté en tant qu'expert économique au sein de la Banque mondiale[3].

En 1992, il est secrétaire général de l'union des forces démocratiques/ère nouvelle (UFD/EN) avant sa dissolution en décembre 2000 par Ould Taya[1],[3].

Candidat aux présidentielles de 1992, puis de 2003[2], il obtient respectivement la deuxième place avec 32,73 % et la troisième avec 6,89 %. Ces élections étaient contestées par l'opposition à cause de la fraude massive constatée[réf. nécessaire].

Lors du premier tour de l'élection présidentielle qui se déroule le , il obtient la seconde place avec 20,70 %. Le 25 mars, au second tour, avec 47,11 % des voix, il est battu par Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi.

Ahmed Ould Daddah a été désigné chef de l’opposition en Mauritanie par le Conseil constitutionnel le 30 mai 2007. Il préside le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), qui, avec 17 députés et 5 sénateurs, est le principal parti de l'opposition.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Les vérités d’Ahmed Ould Daddah », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 11 décembre 2017).
  2. a et b « Opposition mauritanienne : Ould Daddah et Ould Boulkheir ne raccrochent pas », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 11 décembre 2017).
  3. a et b « Ahmed Ould Daddah, figure emblématique de l’opposition à Ould Taya », sur www.cridem.org (consulté le 11 décembre 2017).