Age of Consent (film)

film australien réalisé par Michael Powell, sorti en 1969
Age of Consent
Réalisation Michael Powell
Scénario Peter Yeldham
Musique Peter Sculthorpe
Stanley Myers
Acteurs principaux
Sociétés de production Nautilus Productions
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre Comédie dramatique
Durée 103 minutes
Sortie 1969


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Age of Consent est un film australien réalisé par Michael Powell, sorti en 1969.

SynopsisModifier

Bradley Morahan, peintre vieillissant, estime qu'il a fait son temps, et part se ressourcer en Australie, à la fois pour y retrouver ses racines et l'inspiration. Après une semaine agitée à Brisbane, par la faute d'obligations mondaines et d'un gêneur vénal et érotomane, Nathaniel Kelly, il gagne une île paradisiaque qu'il croit déserte, accompagné de son chien Godfrey... mais y vivent une demoiselle d'âge mûr hystérique, Miss Marley, et surtout une vieille femme alcoolique et sa petite fille, Cora, sauvageonne aux formes pulpeuses qui ne rêve que de partir pour Brisbane et y devenir coiffeuse. Pour quelques dollars, elle accepte de poser pour le peintre et devient sa muse, rendant progressivement à l'artiste son inspiration et le goût de vivre...

Censure et restaurationModifier

Bien que Age of Consent soit sorti sans coupure en Australie[1], et ait passé le British Board of Film Classification sans aucune demande de coupure[2], le distributeur, Columbia Pictures, a décidé de couper la scène d'ouverture de la chambre entre James Mason et Clarissa Kaye ainsi que certaines des scènes de nu de Mirren, raccourcissant ainsi le film de 106 à 98 minutes avant sa sortie devant le public britannique et américain[1].

Nombre de médias ont également parlé de censure concernant le remplacement de la partition originale de Peter Sculthorpe, « l'un des plus grands compositeurs classiques d'Australie », par une composition désinvolte de Stanley Myers[1], qualifiée par Michael Powell, furieux, de « some Hollywood hack »[3], et la suppression du nom de Sculthorpe de la séquence de crédits. Ce fut le changement le plus controversé du film. La musique de Sculpthorpe, inspirée du gamelan de la musique balinaise était un atout, avec son caractère obsédant et sa qualité typiquement australienne[1] pour tenter de faire de ce film plutôt commercial un « film d'art »[3]. Sculthorpe a exprimé sa colère encore visible dans le DVD supplémentaire sur la réalisation du film[1]. Or, si aucune demande de coupure des images n'a été faite par la censure, les coupures ayant été réalisées de sa propre initiative par le distributeur[1], il n'y en a pas eu non plus concernant la musique. Et pour cause, ce sont des raisons techniques qui ont nécessité le remplacement de la musique de Sculthorpe : peu de temps avant la première new-yorkaise du film certaines parties de l'enregistrement de la bande-son se sont avérées défectueuses la partition complète devait être réenregistrée. À l'époque Sculthorpe vivait dans un monastère bouddhiste zen au Japon, les demandes de partition ne lui étant pas parvenues elles sont restées sans réponse. Une nouvelle partition a dû être écrite en catastrophe par le compositeur britannique[4].

Au Festival du film de Sydney 2005, une version entièrement restaurée du film a été projetée, avec à la fois la partition originale et les scènes coupées rétablies[5]. La restauration a été initiée par Martin Scorsese, grand admirateur de de Michael Powell et a été réalisée par The Film Foundation, dans le cadre de leur travail de restauration de tous les films de Powell, sous la supervision de l'éditeur de cinéma Thelma Schoonmaker qui était l'épouse de Powell du 19 mai 1984 jusqu'à sa mort en 1990[6]. La version restaurée est sortie sur DVD aux États-Unis en janvier 2009 dans le cadre d'un double ensemble de films Powell, jumelée avec A Matter of Life and Death[6]. La version restaurée avec la partition originale est disponible sur DVD[7] au Royaume-Uni, publiée par Sony Pictures Entertainment, notée « 12 » par le BBFC. Elle a également été diffusée à la télévision sur Film4 au Royaume-Uni en décembre 2012[8].

Umbrella Entertainment a sorti un DVD de la version restaurée en Australie en juillet 2012 avec des fonctionnalités spéciales comme Martin Scorsese à propos de Age of Consent, un commentaire audio avec l'historien Kent Jones, le making of de Age of Consent, Helen Mirren: A Conversation with Cora and Down Under with Ron and Valerie Taylor[9].

La musique originale de Peter SculthorpeModifier

 
Ensemble de Gamelan wayang (en) accompagnant la danse du Barong à Bali.

Comme à son habitude assumée, Peter Sculthorpe use largement du réemploi de son matériau musical[10].

Ainsi du thème sur les apparitions de James Mason (Bradley Morahan) et de ses variations dans lesquelles deux autres instruments à vent viennent en contrepoint du hautbois solo : ils se retrouvent dans le thème cinématographique par excellence de Small Town (pour petit orchestre, 1976, arrangée pour quatuor à cordes en 1980)[11].

La musique de la scène semblable à une séquence publicitaire qui se déroule dans une galerie new-yorkaise au début du film est un ré-arrangement à la nette sonorité, noté « Musak », de parties du « Yale Quartet » (quatuor à cordes no 7, Red Landscape, 1966)[11].

Pour le personnage de Cora Ryan (Helen Mirren), exotique et mystérieux, Sculthorpe utilise, notamment sur la scène célèbre et controversée où elle nage nue sous l'eau, une musique onirique dans le style d'un gamelan wayang (en) tirée en grande partie de sa pièce créée pour le cinquième Festival d'Adélaïde (en), Tabuh Tabuhan pour quintette à vent et percussions (1968), ici sans le basson mais illuminée par trois vibraphones et complétée par la harpe et la contrebasse[11].

Le thème du titre, la « chanson de l'innocence » comme il la nommait, est original. Sculthorpe en a par la suite réutilisé la mélodie pour son quatuor à cordes Little Serenade (1977)[11]. Les paroles, écrites et chantées par Alan Dean sont plutôt noires[3] :

Always, in the ways, a message sent
Always, in small ways that we we're meant
to always remember the Age of Consent
Always and always

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Chansons du filmModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f « Michael Powell Down Under: Norman Lindsay's Age of Consent », sur Sense of Cinema,
  2. « BBFC: Age of Consent », sur bbfc.co.uk
  3. a b et c Skinner, 2007.
  4. « Petite sérénade », sur fabermusic.com
  5. « Beyond the age of consent », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « Michael Powell's 'Age of Consent' on DVD », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  7. « Age of Consent », sur melonfarmers.co.uk
  8. « Film4: Age of Consent »,
  9. « Umbrella Entertainment »
  10. (en) Graeme Skinner, « Pete and Tass; Sculthorpe and Drysdale », ABC Radio 24 Hours (en),‎ , p. 34
  11. a b c et d « Peter Sculthorpe. List of works », sur Faber Music

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier