Affaire des noix d'apéritif

scandale touchant la compagnie aérienne Korean Air
Affaire des noix d'apéritif
Korean Air Airbus A380-861 HL7627 (26805662524).jpg
Présentation
Type
Gestionnaire
Localisation
Adresse
Coordonnées

L'affaire des noix d'apéritif est un scandale touchant la compagnie aérienne Korean Air et plus particulièrement son ancienne vice-présidente Heather Cho. L'affaire remonte au sur un vol de la Korean Air en partance pour la Corée du Sud, avant son départ depuis l'aéroport international John F. Kennedy. Heather Cho, mécontente d'avoir reçu des noix de macadamia dans leur sachet, et non dans un bol, a ordonné que le chef de cabine de l'avion sorte de l'avion, ce qui a provoqué un retard de vingt minutes au décollage[1]. Lorsque l'affaire a été médiatisée, l'opinion publique coréenne a réagi très vivement à l'encontre de cette compagnie aérienne et de Heather Cho, ce qui a forcé cette dernière à démissionner de ses fonctions. L'une des raisons expliquant l'importance de la couverture médiatique de cet incident en Corée du Sud est qu'il illustre l'omnipotence des chaebols, terme désignant les magnats coréens et leurs familles[2],[3],[4]. Conséquence du scandale, le taux de fréquentation des vols intérieurs de la Korean Air a diminué de 6,6 % en en comparaison avec les statistiques de [5].

Incident à bord de l'avion et premières réactionsModifier

Le , alors qu'Heather Cho se trouve à bord d'un vol de la Korean Air en partance pour la Corée du Sud depuis l'aéroport new-yorkais John F. Kennedy, le personnel de bord lui distribue, avant le décollage un sachet de noix de macadamia. Heather Cho se plaint alors du service auprès du chef de bord, soulignant qu'on ne lui a pas demandé au préalable si elle désirait des noix, et que, de surcroit, celles-ci lui ont été présentées dans un emballage, et non dans une assiette[6],[7],[8]. La dirigeante de la Korean Air force alors, selon plusieurs témoignages, le chef de cabine à s'agenouiller devant elle et à la supplier d'accorder son pardon. Il est immédiatement licencié[9] et Cho ordonne qu'il quitte immédiatement le bord, ce qui implique que l'avion doive effectuer un roulage pour retourner à l'aérogare. L'incident a donc pour conséquence un retard de vingt minutes au décollage pour les 250 personnes à bord[7],[8],[10],[11].

Korean Air s'excuse par la suite aux passagers du retard occasionné mais entend justifier le comportement de Heather Cho, soulignant qu'elle a agi dans le cadre de ses missions d'inspection de sécurité des vols et de service à bord[7],[11].

Le ministre du territoire, de l'infrastructure et du transport sud-coréen déclare qu'une enquête va être menée par le bureau d'enquête des accidents aériens et ferroviaires de ce pays. Un passager première classe du vol adresse des réclamations à la compagnie concernant le retard et reçoit une maquette d'avion et un calendrier en guise d'excuses[12].

Développement de la polémiqueModifier

Après le licenciement du chef de bord, Korean Air le contacte plus d'une douzaine de fois, faisant pression pour qu'il édulcore sa version des faits afin d'éviter une mise en cause de la compagnie. On lui demande de déclarer qu'il a volontairement quitté Korean Air. Deux membres de la commission indépendante chargée d'enquêter sur l'incident sont d'anciens employés de Korean Air[13]. Le steward indique par ailleurs que des membres de la compagnie sont présents durant l'enquête officielle et sont autorisés à lui poser des questions. Dans ces circonstances, mettant en doute l'impartialité de cette enquête, le chef de bord décide d'alerter les médias, ce qui entraîne immédiatement une tempête médiatique[14].

Un autre incident remonte alors à la surface. En 2013, Cho avait déjà eu une altercation avec un membre du personnel de bord d'un vol de Korean Air lui ayant servi un plat de rāmen mal cuit. L'incident avait alors été étouffé par la compagnie qui n'avait trouvé aucun manquement dans le service[15].

Reconnue coupable d'avoir contrevenu aux règles de sécurité aérienne, Heather Cho sera condamnée le à un an de prison ferme, mais sa peine sera ramenée à 10 mois d'emprisonnement avec sursis, en appel, le .

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Korean Air chief's daughter resigns after causing social uproar », Global Post,‎ (lire en ligne).
  2. (en) « Why ‘nut rage’ is such a big deal in South Korea », Washington Post,‎ (lire en ligne).
  3. (en) « Korea's Nut Rage scandal ends with victory for the little people », Fortune,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « 'Nut rage' exposes the many cracks in South Korea's elite », The Independant,‎ (lire en ligne).
  5. (ja) « 大韓航空の国内線利用者6.6%減、“ナッツリターン”が影響か », 中央日報,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) « South Korea probes reports airline boss' daughter ordered attendant off plane », Yahoo News Canada,‎ (lire en ligne).
  7. a b et c (en) In-soo Nam, « Korean Air Executive Ejects Crew Member After Poor Nut Service », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. a et b (ko) Yeonghye Han, « 조현아 대한한공 부사장, '땅콩' 봉지째 받고 이륙 지연 », Joongang Ilbo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) « 'Nut rage': Prosecutors seek arrest for Korean Air executive », BBC News,‎ (lire en ligne).
  10. (en) « Korean Air executive apologizes for macadamia nut controversy », Fortune,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. a et b (ko) « 조현아 대한항공 부사장 ‘땅콩리턴‘ 논란, 출발에서 현재까지 » [« Heather Cho Vice president of Korean Air 'nuts rage controversy' from start to end »], KyungHyang,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (ko) « '땅콩회항' 일등석 승객 "조현아,고성·파일 던져" », NAVER,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. (en)« Daily News from Korea – Transport Ministry Must Submit to Independent Probe », The Chosun Ilbo (English Edition),‎ (lire en ligne).
  14. (en) « Flight Attendant Kicked Off Korean Air Flight Alleges Cover-Up », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  15. (ko) « '땅콩 회항' 조현아 부사장은 누구? 남편은 성형외과 의사 지난해 원정출산 », Busan Times,‎ (lire en ligne).