Ouvrir le menu principal

Adrien de La Fage

musicologue français
Adrien de La Fage
Adrien de La Fage par Marie-Alexandre Alophe.jpg
Adrien de La Fage, par Marie-Alexandre Alophe
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
Saint-MauriceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Genre artistique

Juste-Adrien-Lenoir de La Fage (né à Paris le - décédé à l'asile de Charenton le ) est un compositeur et un musicologue français.

BiographieModifier

La Fage est né à Paris. En 1807 il devient enfant de chœur (donc membre de la maîtrise et du chœur d’adultes, alors à vocation plus ou moins professionnelle) de l'église Saint-Philippe-du-Roule. C’est là qu’il reçoit sa première éducation musicale. Sa famille voulait initialement le voir devenir prêtre catholique et pendant un temps il a fréquenté le séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet[1].

La Fage est finalement entré au Conservatoire de Paris (à l’époque Conservatoire... de musique et de déclamation) , où il a été l'élève d'Alexandre-Étienne Choron et de François-Louis Perne pour l'harmonie, le contrepoint et l'histoire de la musique. En 1828, il a reçu une bourse de Charles X qui lui a permis de poursuivre ses études avec Giuseppe Baini en Italie. Il a également travaillé pour la Villa Médicis à Rome, pour laquelle il a composé et présenté l'opéra I creditori en 1829 [1].

En 1830, La Fage revient à Paris pour devenir le maître de chœur de Saint-Étienne-du-Mont. Il retourna en Italie en 1833 où il est resté pendant trois ans. C'est durant ce séjour en Italie que sa femme et son fils sont morts de maladie. Toutefois, son séjour en Italie a été productif puisqu'il y a écrit les Essais de diphtérographie musicale[2] (publié à titre posthume en 1864), un ouvrage majeur sur l'histoire et la théorie de la musique ancienne. En 1836, il revient en France où il a travaillé comme professeur et musicologue. Il a fait plusieurs autres voyages en Italie, ainsi qu'en Allemagne, Angleterre et Espagne, au cours desquels il a étudié et copié de nombreux manuscrits. Il a écrit des articles pour plusieurs revues musicales et a publié plusieurs autres livres, dont son Histoire générale de la musique et de la danse en trois volumes qui est son œuvre la plus importante[1].

ŒuvresModifier

Adrien de La Fage a écrit beaucoup de musique sacrée ainsi que de la musique de chambre.

ÉcritsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

BibliographieModifier

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 2 : H-O, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06787-8), p. 2280
  • Joël-Marie Fauquet (direction) (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la Musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard, , 1405 p. (ISBN 2-213-59316-7), p. 655
  • Yves Chartier, Adrien de La Fage, compositeur de musique religieuse et musicologue. Catalogue descriptif et analytique de son oeuvre (à paraître en 2019).

Liens externesModifier