Adrien Henry

militaire français

Adrien Henry, né le à Lacroix-sur-Meuse et mort le à Commercy, est un officier et résistant français.

Adrien Henry
Colonel Adrien Henry en couleurs.jpg
Colonel Adrien Henry en habit d'apparât. Héros de la Première Guerre mondiale. Photo en version colorisée réaliste
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
CommercyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinctions

BiographieModifier

Adrien Henry doit, dès son adolescence, tenir la ferme familiale pour subvenir aux besoins de ses proches. Appelé au 69e régiment d’infanterie de ligne à Nancy en 1909, il est major de sa promotion pour devenir officier. Revenu à la ferme, il est mobilisé dès le début de la Première Guerre mondiale au 161e régiment d'infanterie de ligne, en tant que sergent, n’ayant pas eu les moyens de s’acheter son uniforme d’officier ni de participer aux périodes de réserve.[réf. nécessaire]

Il mène ses hommes au combat dans toutes les grandes batailles de 1914-1918 : la Marne (côtes de Meuse), la Champagne, Verdun, la Somme, le Chemin des Dames, Bois-le-Prêtre… Il se bat dans son village natal et dans les bois environnants qu’il connaît bien ; blessé treize fois, il est aussi gazé. Il se rengage plusieurs fois dans l’infanterie ; enterré vivant dans une sape, prisonnier à Verdun, il s’évade malgré une jambe gravement blessée.

À la fin de la guerre, il suit l’armée française en Pologne, face aux Bolcheviques, puis participe à l’occupation de la Ruhr.

Passé dans la gendarmerie, il est affecté à Chalons-sur-Marne, puis prend le commandement de la gendarmerie de l’Indre avant la Seconde Guerre mondiale. C’est là, en 1940, qu’il mène ses gendarmes au combat, jusqu'au moment de l’armistice. Il organise alors l’aide aux réfugiés. Mis à la retraite d’office, car n’acceptant pas les choix du maréchal Pétain qu'il a personnellement connu à Verdun, il occupe un emploi à la préfecture. Ayant accès à de nombreuses informations, il mène un combat de résistant, sous l’œil bienveillant du préfet.

Il finit sa vie à Commercy auprès de ses proches, se donnant à de nombreuses activités : associations d’anciens combattants, chasse, armes, etc. À sa mort, le général de Gaulle se manifeste auprès de sa famille ; il avait connu le colonel Henry à Verdun et l'avait plus tard cité à l'ordre de l'Armée.

Adrien Henry avait écrit ses mémoires après chacune des guerres.

DécorationsModifier

                                     


PostéritéModifier

MémoiresModifier

  • Adrien Henry, Un Meusien au cœur des deux guerres : mémoires du colonel Henry, 1914-1918 et 1939-1945, Louviers, Ysec, , 263 p. (ISBN 978-2-846-73145-4) (notice BnF no FRBNF42554175)

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier