Adolph Dubs

diplomate américain

Adolph Dubs (né le à Chicago – mort le ) est un diplomate américain. Il est ambassadeur des États-Unis en Afghanistan de 1978 à 1979, où il meurt après son enlèvement.

Adolph Dubs
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur des États-Unis en Afghanistan (en)
-
Theodore L. Eliot, Jr. (en)
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
KaboulVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Conflit
ANCExplorer Adolph Dubs grave.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Il est diplômé de Beloit College en 1942, sert dans l'armée pendant la Seconde Guerre, et poursuit ses études à l'université de Georgetown, à l'université Harvard et à l'université Washington de Saint-Louis, avant d'entrer dans le corps diplomatique.

Ancien chargé d'affaires à Moscou, il arrive en poste lors de la Révolution de Saur. Le , il est enlevé par quatre hommes, puis tué dans l'assaut mené dans une chambre de l'hôtel Kaboul, aujourd'hui Kabul Serena Hotel (en), par les services afghans en vue de le délivrer. Sa mort nuira gravement aux relations entre les États-Unis et le gouvernement afghan, les Américains fermant entre autres leur ambassade sur place et coupant leur aide économique[1].

Certains historiens ont rapporté le fait que selon le gouvernement de la République démocratique d'Afghanistan de l’époque, les ravisseurs appartenaient à une faction maoïste chiite[2]. D'autres historiens ont évoqué un mouvement de gauche nationaliste, le Settam-e-Melli. Toutefois, les États-Unis n'ont pas pu mener leur propre enquête, et il manque beaucoup d'informations sur les causes et le déroulement exacts de cet enlèvement et de la mort de l'ambassadeur.

Notes et référencesModifier

  1. (en) « 40 Years On, Mystery Still Surrounds Shooting Death Of U.S. Ambassador To Afghanistan », sur Radio Free Europe, (consulté le ).
  2. Yvonnick Denoël, 1979. Guerres secrètes au Moyen-Orient, Nouveau Monde éditions, 2008, p. 210.

Liens externesModifier