Abû Muhammad `Abd al-Wâhid ben Abî Hafs

sultan hafside de Tunis
(Redirigé depuis Abu Mohammed ben Abi Hafs)

Abû Muhammad `Abd al-Wâhid ben Abî Hafs (arabe : أبو محمد عبد الواحد), décédé en 1222, est le premier gouverneur (wali) hafside d'Ifriqiya, régnant à partir de 1207.

Abû Muhammad `Abd al-Wâhid ben Abî Hafs
Fonction
Gouverneur almohade d'Ifriqiya (d)
-
Biographie
Décès
Nom dans la langue maternelle
عبد الواحد بن أبي حفص الهذليVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
أبو مُحمَّدVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Enfants
Autres informations
Religion
Titre honorifique
Mawla (en)

Il est le petit-fils du cheikh Abû Hafs Omar, premier du nom, issu de la tribu berbère des Hintata. Cette famille tire son nom d'une tribu descendant du groupe des Masmouda du Haut Atlas[1].

`Abd al-Wâhid accompagne le calife almohade Muhammad an-Nasir dans son expédition en Ifriqiya en 1205. En février 1206, ils entrent dans Tunis abandonnée par l'ennemi. Avant de repartir pour le Maroc, le calife confie le gouvernement de la province à l'un de ses fidèles lieutenants, Abd al-Wâhid ibn Abî Hafs. Il y établit son pouvoir à tel point que ses successeurs ne craignent pas de substituer au titre de gouverneur celui de souverain et de s'émanciper de la tutelle almohade en 1229. Le nouveau royaume s'étend bientôt par des conquêtes successives qui soumettent Béjaïa et plusieurs autres régions voisines.

Il est remplacé par son fils aîné `Abd Allah ben Abî Muhammad ben Abî Hafs mais, à peine a-t-il proclamé l'indépendance du trône, que celui-ci est déposé par son frère Abû Zakariyâ Yahyâ qui, pour jouir seul du pouvoir, force son autre frère à se contenter du titre de cheïkh et à se consacrer à la vie religieuse.

Notes et référencesModifier

  1. Robert Montagne et Mohamed Berdouzi, Regards sur le Maroc : actualité de Robert Montagne, Paris, Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes, , 239 p. (ISBN 978-2-903-18218-2, lire en ligne), p. 43.