AIM (fusil d'assaut)

arme à feu
Un citoyen roumain en 1989 avec un PM Md 63 de fabrication roumaine. L'orientation de la poignée antérieure vers l'avant est typique de l'AIM.

Le fusil d'assaut AIM est la variante roumaine de l'AKM soviétique. Dans l'armée roumaine, il est connu comme le PM Md 63 (pour Pistol Mitralieră model 1963/1965 soit Pistolet-Mitrailleur modèle 1963/1965).

PrésentationModifier

 
Un sous-officier roumain avec un md PM. 65 lors de la Révolution roumaine de 1989 e. L'orientation de la poignée antérieur vers l'arrière est typique de l'AIMS.

Aspects techniques de l'AIMModifier

Le PM md. 63 reprend les caractérsiques générales du modèle soviétique :

  • Mécanisme:emprun des gaz; tir sélectif (coup par coup ou rafale libre)
  • Matériaux : alliage pour la carcasse et le chargeur, acier pour le canon, contre-plaqué pour les crosses, fut et garde-main et plastique pour la poignée pistolet.
  • Munition : 7,62 x 39 mm
  • Chargeur: 30 cartourches (900 g rempli)
  • Masse du fusil vide (AIMS): environ 3, 45 kg (3 250 g)
  • Longueur du fusil (AIMS avec crosse repliée): 880 mm (650 mm)
  • Longueur du canon: 415 mm (compensateur non compris).
  • Cadence de tir réelle : 100 coups par minute
  • Portée pratique : 450 m.

DiffusionModifier

 
Somalie, 2011 : un soldat burundais de k'Amisom armé d'une AIM. Son arme est équipée d'un chargeur en plastique type AR-M1.

Ces armes ont été livrées à l'armée roumaine. Elles ont ainsi connu la Révolution roumaine de 1989. Les soldats roumains, armés d'AIM mais aussi d'AI-74, placés sous commandement des USA et/ou de l'OTAN, ont été engagés en Irak et en Afghanistan.

Les AKM roumains ont été largement exportées notamment en Afghanistan, en Angola, en Arabie saoudite, au;Bangladesh, en République démocratique du Congo, en Croatie, en Gambie, en Georgie, en Irak, en Iran, en Inde, au Liberia, au Liban, en Libye; Mozambique, en Moldavie, au Nicaragua, en Palestine, au Sierra Leone, en Slovénie, en Syrie etc. Les guerres d'Afghanistan, Conflit israélo-palestinien, entre iran et Irak comme les guerres civiles libérienne, sierra léonaise, syrienne ou encore la Guerre des dix jours et celles Congo-Kinshasa virent un emploi massif des Kalachnikovs fabriquées à Cugir.

Les PM Md 63/65 armaient (et arment encore) de nombreuses guérillas et autres organisations terroristes... Ainsi la Jamahiriya arabe libyenne en fournit une partie à l'IRA provisoire qui en usa lors du Conflit nord-irlandais. De son côté la CIA fournissait même aux Contras des AIM (saisis par Tsahal sur les Milices palestiniennes lors de l'Opération Paix en Galilée) alors que l'Armée populaire sandiniste recevait les siens de Cuba lors de la Révolution sandiniste.

 
La carabine semi-automatique WASR-10 GP roumaine en 7,62 M43 pour le marché civil US.

À l'image de la SKS, le marché civil nord américain a engendré de nombreuses versions semi-automatiques de l'AKM. Ainsi les Roumains ont lancé la gamme des WASR en divers calibres (.22 LR, 5, 45 mm M74, .223 Remington et 7,62 mm M43).

  • .

Notes et référencesModifier


Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Cibles
  • Action Guns
  • Raids
  • Gazette des armes
  • Assaut
  • Dominique Venner, Les Armes de combat individuelles, Grancher, 1977
  • Dominique Venner, Les Armes soviétiques, Grancher, 1980
  • Edouard Ducourau, Le Kalashnikov, Éditions du Guépard, 1982
  • Stanislas de Haldat, Kalachnikov. L'AK47 à la conquête du monde. La Sirène. 1993
  • Jean Huon, Histoire de la Kalashnikov à l'épreuve de tous les combats, ETAI, 2011
  • Collectif, Armes d'Assaut du Monde, Missions Spéciales Productions, 2008