İmralı
Image illustrative de l’article İmralı
Géographie
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Localisation Mer de Marmara
Coordonnées 40° 32′ 07″ N, 28° 32′ 08″ E
Superficie 25 km2
Point culminant Türk Tepesi (217 m)
Administration
Province Bursa
District Karacabey
Autres informations
Géolocalisation sur la carte : Turquie
(Voir situation sur carte : Turquie)
İmralı
İmralı
Îles en Turquie

İmralı (en turc : İmralı Adası, prononcé [imrɑ'lɯ]) est une petite île turque située dans le sud de la mer de Marmara, à l’ouest de la péninsule d’Armutlu-Bozburun dans la province de Bursa.

GéographieModifier

L'île, de 8 km de long du nord au sud et de 3 km de large, a une superficie de 25 km2. Le sommet le plus élevé est Türk Tepesi (« le Mont turc ») d'une altitude de 217 m.

HistoireModifier

Dans l’Antiquité, l’île s’appelait en grec : Bésbikos, Βέσβικος[1], et durant la période byzantine, Kalolimnos. Au XIVe siècle, les Ottomans la prennent en 1308 et y établissent une base navale qui leur permet de contrôler la mer de Marmara et de couper toute liaison des Byzantins avec Bursa. Le nom turc de l’île vient du nom de son conquérant, Emir Ali, qui fut l’un des premiers amiraux ottomans.

Jusqu’à la guerre d’indépendance turque (1919-1922), il existait trois villages grecs sur l’île. Les habitants s’occupaient principalement de la culture du raisin et de la production de vin, de la production de soie et de pêche. À la suite de l'échange de populations entre la Grèce et la Turquie en 1923, l'île est restée presque inhabitée jusqu'en 1935, date à laquelle une prison semi-ouverte y fut construite. Les prisonniers étaient autorisés à travailler dans l'agriculture et la pêche pour gagner de l’argent.

C'est dans cette île que le premier dirigeant démocratiquement élu de la République de Turquie, le premier ministre Adnan Menderes, a été exécuté en 1961 après le coup d'État du . Deux ministres de son gouvernement, Hasan Polatkan (ministre des Finances) et Fatin Rüştü Zorlu (ministre des Affaires étrangères), y ont également été exécutés.

Époque actuelleModifier

En 1999, après la capture d'Abdullah Öcalan, les autres détenus sont transférés dans d'autres prisons, et l'île est transformée en prison de haute sécurité. Il existe également une base militaire sur l'île et la zone alentour est interdite d'accès.

L'île sert depuis 1999 de prison de haute sécurité pour un seul détenu, Abdullah Öcalan, le fondateur et chef du Parti des travailleurs du Kurdistan[2]. Cependant, depuis , d'autres détenus ont été intégrés dans le centre de détention dans le but « d'atténuer la solitude » du prisonnier, selon les avocats de ce dernier[3].

Détenus notoires de la prisonModifier

Trois hommes politiques ont été exécutés par pendaison sur l'île en 1961 :

Anciens détenusModifier

  • Yılmaz Güney, réalisateur, prisonnier politique, évadé en 1981, auteur du film Yol, la permission, dont le récit commence d'ailleurs sur l'île[5].
  • William Hayes, étudiant américain incarcéré pour trafic de drogue, s'évade de l'île en 1975. Il raconte son histoire dans un livre porté au cinéma, Midnight Express, film qui occulte son séjour à İmralı. En effet, il y est emprisonné à Bayrampașa, un établissement pénitentiaire situé dans un quartier d'Istanbul[6].

Notes et référencesModifier

  1. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne].
  2. (en) Thomas Seibert, « Ocalan remains a potent symbol in Turkey », The national,‎ (lire en ligne).
  3. (fr+en) Rapport d'Amnesty International.
  4. (en) Middle East Record Volume 2, 1961, The Moshe Dayan Center (lire en ligne), p. 562
  5. (en) Turkey makes sure its prison island is deserted for a new Kurdish inmate, guardian.co.uk, publié le 20 février 1999.
  6. (en) « Turkey’s ‘Kurdish initiative’ may ease crisis », The Irish Times,‎ (lire en ligne).