Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guyon.
Étienne Guyon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
École normale supérieure
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinctions
Prix Jean-Ricard
Directeur honoraire du Palais de la découverte et de l'ENS

Étienne Guyon, né le [1] à Paris est un physicien français, spécialiste de supraconductivité et d'hydrodynamique. Il est professeur à l'ESPCI ParisTech et directeur honoraire de l'École normale supérieure.

Sommaire

BiographieModifier

Étienne Guyon entre à l'École normale supérieure en 1955 et est lauréat du concours d'agrégation de physique. Il entre au laboratoire de physique des solides de la faculté des sciences d'Orsay. Il y prépare sous la direction de Pierre-Gilles de Gennes une thèse de doctorat ès sciences physiques sur la supraconductivité, thèse qu'il soutient en 1965. Il part ensuite travailler aux États-Unis à l'université de Californie de Los Angeles, il y étudie notamment les défauts dans les cristaux. Il revient en France où il est professeur à l'université Paris XI, puis il crée et dirige de 1978 à 1988 le laboratoire d'hydrodynamique et de mécanique physique à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris où il étudie les superfluides, la dynamique des cristaux liquides, les phénomènes de chaos et de turbulence. Il préside également le centre d'orientation de la Cité des sciences et de l'industrie avant de devenir directeur du Palais de la découverte de 1988 à 1992. Étienne Guyon a formé un grand nombre de physiciens français dont Stéphane Roux, Élisabeth Charlaix ou Marc Fermigier dont il a dirigé les doctorats.

Il est directeur de l'École normale supérieure de 1990 à 2000.

Depuis 2000, Étienne Guyon est professeur à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris[2] où il étudie les milieux granulaires. Il s'engage pour la diffusion de la science au grand public[3] et pour le rapprochement entre la communauté des mécaniciens et des physiciens[4].

Lors de sa recherche à UCLA il travailla sur l'hélium superfluide et publia en 1968 : "Fig 2 p.431 in I Rudnick R S Kagiwada J C Fraser and E Guyon, Phys Rev Lett 20 430-2 (1968)" qui fut une inspiration pour les recherches de Michael Kosterlitz.

DistinctionsModifier

Étienne Guyon est lauréat du Prix Louis Ancel (1968) et du Prix Jean-Ricard (1982) de la Société française de physique, du prix Roberval pour ses ouvrages "Granites et fumées" en 1998, et "Matière et matériaux" en 2011[5]. Il est membre de l'American Physical Society.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier