Énigme du Sphinx

Énigme dans la mythologie grecque posée à Œdipe par le sphinx

L'énigme du Sphinx est une devinette qui, selon la mythologie grecque, fut soumise par le Sphinx à Œdipe, qui en trouva la solution. Il s'agit de déterminer « quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes le matin, puis deux jambes le midi, et trois jambes le soir ? », la réponse correcte du héros étant « l'Homme », lequel enfant marche à quatre pattes, adulte se tient debout seul et âgé s'appuie sur un bâton. L'énigme est un motif culturel récurrent dans les cultures classique et populaire.

Description de l'énigmeModifier

 
Sphinx grec d'époque archaïque au musée archéologique de Corinthe.

Dans la mythologie grecque, le Sphinx garde l'entrée de la ville grecque de Thèbes, demandant une énigme aux voyageurs pour leur permettre de passer. L'énigme exacte demandée par le Sphinx n'a pas été spécifiée par les premiers conteurs du mythe, et n'a été normalisée qu'à la fin de l'histoire grecque[1].

 
Le Sphinx de Naxos sur sa colonne ionique de 12,5 mètres, Delphes, 560 av. J.-C. (reconstitution).

Il est dit dans la tradition qu'Héra ou Arès envoie le Sphinx de sa patrie éthiopienne (les Grecs se souvenaient toujours de l'origine étrangère du Sphinx) à Thèbes en Grèce où elle demande à tous les passants la célèbre énigme : "quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes le matin, puis deux jambes le midi, et trois jambes le soir.

Elle étrangle et dévore quiconque ne pourrait pas répondre. Œdipe résout l'énigme en répondant : « L'homme - qui rampe à quatre pattes comme un bébé, puis marche sur deux pieds à l'âge adulte, puis utilise une canne dans la vieillesse »[2]. Rarement, une seconde énigme est évoquée[3] : « Il y a deux sœurs: l'une donne naissance à l'autre et elle, à son tour, donne naissance à la première. Qui sont les deux sœurs? ». La réponse est « jour et nuit » (les deux mots - respectivement ἡμέρα et νύξ - sont féminins en grec ancien). Cette deuxième énigme se retrouve également dans une version gasconne du mythe et pourrait être très ancienne[4].

Vaincu, le Sphinx se jette alors de son haut rocher et meurt[5]. Dans certaines autres versions, Œdipe la tue[6]. Une version alternative raconte qu'elle se dévore elle-même[réf. nécessaire] . Dans les deux cas, Œdipe peut donc être reconnu comme une figure de « liminarité », contribuant à effectuer la transition entre les anciennes pratiques religieuses, représentées par la mort du Sphinx, et la montée des nouveaux dieux olympiens.[réf. nécessaire].

L'énigme dans la culture populaireModifier

Dans le récit de Jean Cocteau de la légende d'Œdipe, La Machine Infernale, le Sphinx dit à Œdipe la réponse à l'énigme afin de se suicider pour qu'elle n'ait plus à tuer, ainsi que pour lui faire l'aimer. Il part sans jamais la remercier de lui avoir donné la réponse à l'énigme. La scène se termine lorsque le Sphinx et Anubis remontent vers les cieux.

Il existe des interprétations mythiques, anthropologiques, psychanalytiques et parodiques de l'énigme du Sphinx et de la réponse d'Œdipe. Sigmund Freud décrit « la question de l'origine des bébés » comme une énigme du Sphinx[7].

De nombreux livres d'énigmes utilisent le Sphinx dans leur titre ou leurs illustrations[8].

Michael Maier l'évoque notamment dans son livre Atalanta Fugiens (1617), supposant que sa solution est la pierre philosophale[9].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

RéférencesModifier

  1. Lowell Edmunds, The Sphinx in the Oedipus Legend, Königstein im Taunus, Hain, , 71 p. (ISBN 3-445-02184-8)
  2. Apollodorus, Library Apollod. 3.5.8
  3. (en) Pierre Grimal, The Dictionary of Classical Mythology, Blackwell Publishing, (ISBN 0-631-20102-5) (entrée "Oedipus", p. 324)
  4. Julien d'Huy (2012). « L'Aquitaine sur la route d'Oedipe? La Sphinge comme motif préhistorique. », Bulletin de la SERPE, 61 : p. 15-21.
  5. Apollod. 3.5.8
  6. "Sphinx", Simon Hornblower, Oxford Classical Dictionary, Oxford University Press,
  7. (en) 'An Autobiographical Study', Sigmund Freud, W. W. Norton & Company, 1963, p.39
  8. (en) Regier, Book of the Sphinx, chapitre 4.
  9. Michael Maier, Atalanta Fugiens, Johann Theodor de Bry,

AnnexesModifier

Articles connexesModifier