Émilie Gourd

journaliste et militante genevoise du droit des femmes

Émilie Gourd, née le à Genève et morte le dans la même ville, est une journaliste suisse, militante du droit des femmes et figure importante du féminisme suisse et international. Elle se présente comme une « féministe de carrière »[1].

Émilie Gourd
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Journaliste, féministe, suffragisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Père

BiographieModifier

 
Plaque située au Fleix (Dordogne) en hommage au pasteur et philosophe Jean-Jacques Gourd (qui y est né), à son père Isaac Gourd (qui y fut instituteur) et à Émilie Gourd.

Émilie Gourd, fille du pasteur, professeur de philosophie et recteur de l'université de Genève Jean-Jacques Gourd et de Marguerite Elisabeth Bert, née à Gênes d'une famille originaire de Céligny, appartient à la haute bourgeoisie protestante genevoise. Elle est élevée à Pregny et, en 1898, achève sa formation à l’école secondaire et supérieure de jeunes filles. Ce diplôme ne lui permettant pas de s'inscrire à l'université, elle décide de suivre les cours universitaires d'histoire et de philosophie en tant qu'auditrice libre.

Elle enseigne ensuite brièvement l'histoire contemporaine à l’école privée de la Cour Saint-Pierre, avant de rejoindre en 1903 l'association féministe « Union des femmes » en tant que secrétaire[2].

En 1909, sur le conseil d'Auguste de Morsier, ingénieur et député au Grand Conseil[3], elle s'engage au sein de l'Association genevoise pour le suffrage féminin, dont elle deviendra présidente.

En 1912, Émilie Gourd fonde le journal Le Mouvement féministe dont elle s'assurera le poste de rédactrice en chef, jusqu'à sa mort. Ce journal changera maintes fois de nom, mais depuis le , il porte le nom de L'Émilie, en hommage à la défunte féministe. Historiquement, il s'agit du premier journal féministe au monde[4]. En 1914, elle fonde et préside l'Ouvroir de l'Union des Femmes qui fournit du travail aux femmes pendant la guerre[2]. En 1920, elle fonde le Cartel romand d'hygiène sociale et morale, association qui lutte contre l'alcoolisme et la prostitution[2]. Elle est nommée secrétaire de l'Alliance internationale pour le suffrage des femmes en 1923. En 1943, elle fonde l'Association de la démocratie suisse pour combattre les idées fascisantes en Suisse[2].

Atteinte d'une maladie cardiaque, Émilie Gourd doit restreindre ses activités. Elle meurt le , à 66 ans [2]. Elle est enterrée au cimetière des Guénandes, à Chambésy[réf. nécessaire].

PostéritéModifier

La rue Émilie-Gourd à Genève porte son nom[5], ainsi qu'un collège et une école de commerce.

La Fondation Émilie Gourd est créée en 1984 pour développer le débat féministe en Suisse romande. Depuis 2012, la Fondation décerne le prix Émilie Gourd pour récompenser un travail de fin d'étude. En 2014, la Fondation lance la plateforme Actuelles.ch de syndication des actualités touchant à la question du féminisme[6].

RéférencesModifier

  1. « Emilie Gourd (1879-1946) », sur Bureau fédéral de l'égalité entre hommes et femmes
  2. a b c d et e « Emilie Gourd », sur actuElles.ch
  3. SPPE, Pionnières et Créatrices en Suisse romande, Editions Slatkine, 2004 (ISBN 2-8321-0152-6)
  4. « Qui était Emilie Gourd », sur Fondation Émilie Gourd
  5. Noms géographiques du canton de Genève
  6. « Présentation de la Fondation », sur Fondation Émilie Gourd

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier