Élections législatives santoméennes de 1994

Élections législatives santoméennes de 1994
Corps électoral et résultats
Population 123 318
Inscrits 55 862
Votants 29 100
52,1 % en diminution 25
Votes exprimés 25 352
Votes blancs et nuls 3 748
Carlos Graça.jpg Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate – Carlos da Graça
Voix 10 782
42,53 %
en augmentation 12
Sièges obtenus 27 en augmentation 6
Evaristo Carvalho 2016.jpg Action démocratique indépendante – Evaristo Carvalho
Voix 6 660
26,27 %
Sièges obtenus 14
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion – Norberto Costa Alegre
Voix 6 235
24,59 %
en diminution 29,8
Sièges obtenus 14 en diminution 19
Assemblée nationale à l'issue du scrutin
Diagramme
Coat of arms of São Tomé and Príncipe.svg
Premier ministre de Sao Tomé-et-Principe
Sortant Élu
Evaristo Carvalho
ADI
Carlos da Graça
MLSTP-PSD
Législature élue
Ve

Les élections législatives santoméennes de 1994 se déroulent le à Sao Tomé-et-Principe.

Le résultat est une victoire du parti d'opposition, le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate, obtenant 27 sièges sur 55 à l'Assemblée nationale. Le taux de participation est de seulement 52,1 %, soit une baisse de 25 points par rapport aux élections de 1991[1].

ContexteModifier

Au début de l'année 1994, les relations entre le gouvernement et la présidence ont commencé à se détériorer. En avril, le Président Miguel Trovoada se désolidarise publiquement de la politique gouvernementale. En juin, la tension politique augmente lorsque le Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion (PCD-GR) accuse Trovoada d'obstruction systématique au programme du gouvernement. Le même mois, les partis d'opposition demandent au Président de révoquer le gouvernement et de nommer des vérificateurs étrangers pour enquêter sur la gestion des fonds publics[2].

Le , Miguel Trovoada a révoque le gouvernement de Norberto Costa Alegre en invoquant un « conflit institutionnel » pour justifier sa décision. En outre, le Président accuse le parti au pouvoir d'ignorer ses veto et de tenter de remplacer le système semi-présidentiel par un régime parlementaire sans pouvoirs exécutifs pour le chef de l'État. Le , il nomme Evaristo Carvalho, ministre de la Défense et de la Sécurité du gouvernement sortant, Premier ministre. Le PCD-GR refuse de participer au nouveau gouvernement et exclu Carvalho du parti. Un gouvernement intérimaire, composé de huit ministres, prend ses fonctions le . Le lendemain, pour tenter de résoudre la crise politique, Trovoada dissout l'Assemblée nationale et annonce la tenu de nouvelles élections législatives le [2].

RésultatsModifier

Résultats des élections législatives santoméennes de 1994[1]
Parti Voix % Sièges +/-
Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate 10 782 42,53 27   6
Action démocratique indépendante 6 660 26,27 14 Nv.
Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion 6 235 24,59 14   19
Coalition démocratique de l'opposition 1 152 4,5 0   1
Alliance populaire 342 1,4 0 Nv.
Front chrétien-démocrate (en) 181 0,7 0  
Blancs/Nuls 3 748
Total 29 100 100 55

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Nohlen, D, Krennerich, M & Thibaut, B, Elections in Africa : A data handbook, New York (N.Y.)/Oxford, Oxford university press, , 984 p. (ISBN 0-19-829645-2).
  2. a et b (en) « Santo Tomé y Príncipe: Elecciones celebradas en 1994 », sur Inter-Parliamentary Union (consulté le ).