Élections législatives santoméennes de 1991

Élections législatives santoméennes de 1991
Corps électoral et résultats
Population 115 900
Inscrits 51 610
Votants 39 605
77,1 %
Votes exprimés 36 434
Votes blancs et nuls 3 171
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion – Daniel Daio
Voix 21 535
54,4 %
Sièges obtenus 33
Manuel Pinto da Costa.jpg Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate – Manuel Pinto da Costa
Voix 12 090
30,5 %
Sièges obtenus 21 en diminution 30
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Coalition démocratique de l'opposition
Voix 2 071
5,0 %
Sièges obtenus 1
Assemblée nationale à l'issue du scrutin
Diagramme
Coat of arms of São Tomé and Príncipe.svg
Premier ministre de Sao Tomé-et-Principe
Sortant Élu
Celestino Rocha da Costa
MLSTP-PSD
Daniel Daio
PCD-GR
Législature élue
IVe

Les élections législatives santoméennes de 1991 se déroulent le à Sao Tomé-et-Principe. Il s'agit des premières élections multipartites, conformément aux résultats d'un référendum organisé l'année précédente.

Le résultat est une victoire du Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion, obtenant 33 sièges sur 55 à l'Assemblée nationale, battant l'ancien parti unique, le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate. Le taux de participation est de 77,1 %.

ContexteModifier

Les partis politiques candidats à ces élections sont le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate (MLSTP-PSD), l'ancien parti unique, le Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion (PCD-GR), un parti formé par des dissidents du précédent parti et d'indépendants, la Coalition démocratique de l'opposition, regroupement de plusieurs partis d'oppositions exilés à Lisbonne et le Front chrétien-démocrate (en), créé en 1988. La crise économique est un des principaux sujets évoqués dans la campagne électorale[1].

RésultatsModifier

Les élections, jugées transparentes, libres et équitables aboutissent à la victoire du PCD-GR[2]. Aucun parti ne conteste les résultats[1]. La défaite du MLSTP-PSD est imputée aux problèmes économiques du pays[2]. Un gouvernement de transition, dirigé par Daniel Daio, est installé en février en attendant l'élection présidentielle qui se tient en mars de la même année.

Résultats des élections législatives santoméennes de 1991[3]
Parti Voix % Sièges
Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion 21 535 54,4 33
Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate 12 090 30,5 21
Coalition démocratique de l'opposition 2 071 5,0 1
Front chrétien-démocrate (en) 598 1,5 0
Blancs/Nuls 3 171 8,6 0
Total 39 605 100 55

Notes et référencesModifier

  1. a et b [PDF] (pt) Gualter Sousa Pontes da Vera Cruz, A Democracia em S.Tomé e Príncipe, Instabilidade Política e as Sucessivas Quedas dos Governos, ISCTE – Instituto Universitário de Lisboa, , 69 p. (lire en ligne).
  2. a et b (en) « Sao Tome and Principe: Elections held in 1991 », sur Inter-Parliamentary Union (consulté le ).
  3. (en) Nohlen, D, Krennerich, M & Thibaut, B, Elections in Africa : A data handbook, New York (N.Y.)/Oxford, Oxford university press, , 984 p. (ISBN 0-19-829645-2).