Ouvrir le menu principal

Élections législatives moldaves de juillet 2009

Élections législatives moldaves de juillet 2009
101 sièges du Parlement de Moldavie
Voir et modifier les données sur Wikidata
Vladimir Voronin 2006.jpg Parti des communistes de la république de Moldavie – Vladimir Voronin
Voix 706 732
44,69 %
 −4,8
Sièges obtenus 48  −12
Vladimir Filat.jpg Parti libéral-démocrate – Vlad Filat
Voix 262 028
16,57 %
 +4,1
Sièges obtenus 18  +3
Mihai Ghimpu Imagine.jpg Parti libéral – Mihai Ghimpu
Voix 232 108
14,68 %
 +1,6
Sièges obtenus 15  0
Marian Lupu Senate of Poland.JPG Parti démocrate – Marian Lupu
Voix 198 268
12,54 %
 +9,6
Sièges obtenus 13  +13
Serafim Urechean (crop 12631652493).jpg Alliance « Notre Moldavie » – Serafim Urechean
Voix 116 194
7,35 %
 −2,4
Sièges obtenus 7  −4

Des élections législatives anticipées ont eu lieu en Moldavie le 29 juillet 2009.

ContexteModifier

L'organisation du scrutin avait été provoquée à la suite de la dissolution, le 15 juin 2009, du Parlement élu deux mois plus tôt par le président Vladimir Voronin, dans l'espoir de trouver une issue à l'impossibilité de faire élire un nouveau président de la République par les députés[1]. Le Parti des communistes de la république de Moldavie (PCRM), au pouvoir depuis 2001, détenait en effet 60 des 101 sièges du Parlement à l'issue des élections du mois d'avril, soit un de moins que la majorité qualifiée permettant l'élection d'un nouveau chef de l'État.

Avant la dissolution, la loi électorale a été réformée : le seuil national à atteindre pour obtenir des représentants au Parlement a été abaissé de 6 à 5 % des suffrages exprimés, et le taux de participation minimum nécessaire pour valider le scrutin est passé de la moitié à un tiers du corps électoral[2]. Les différentes enquêtes d'opinion publiées avant le scrutin donnaient l'opposition, battue d'une courte tête en avril, cette fois-ci majoritaire. Un sondage daté de la mi-juillet donnait ainsi le PCRM à seulement 29,7 % des voix, contre 40 % aux différents partis d'opposition[3]. Le leader communiste Voronin n'avait alors pas exclu l'idée une « grande coalition » avec les partis d'opposition si les résultats des élections ne s'étaient pas avérés satisfaisants pour sa formation[4].

RésultatsModifier

La participation, en légère baisse, s'établit à 58,8 % des inscrits.

Résultats des législatives moldaves de juillet 2009[5]
Partis et coalitions Votes Votes Sièges +/-
Parti des communistes de la république de Moldavie (PCRM) 706 732 44,69 48   12
Parti libéral-démocrate de Moldavie (PLDM) 262 028 16,57 18   3
Parti libéral (PL) 232 108 14,68 15  
Parti démocrate de Moldavie (PDM) 198 268 12,54 13   13
Alliance Notre Moldavie (AMN) 116 194 7,35 7   4
Parti populaire chrétien-démocrate (PPCD) 30 236 1,91  
Parti social-démocrate (PSD) 29 434 1,85  
Parti écologiste de Moldavie « Alianta Verde » 6 517 0,41
TOTAL (participation 58,8 %) 1 581 517 100 101  
 
Projection graphique de la nouvelle composition politique du Parlement

C'est une défaite pour le Parti communiste. En perdant près de cinq points par rapport aux élections d'avril, il perd aussi sa majorité absolue au Parlement pour la première fois depuis 2001, passant de 60 à 48 élus sur un total de 101. Les quatre partis de l'opposition de centre droit remportent une courte victoire, et ont d'ores et déjà fait part de leur intention de former une nouvelle coalition indépendamment du PCRM[6].

RéférencesModifier

  1. (en) « Moldova President Dissolves Parliament, Calls Poll », Radio Free Europe/Radio Liberty, 15/06/2009
  2. (en) « Republic of Moldova: The electoral threshold was reduced. The electoral alliances remain illegal », Hotnews.ro, 15/06/2009
  3. (en) « Moldovan Communists Slide In Preelection Poll », Radio Free Europe/Radio Liberty, 15/07/2009
  4. (en) « Moldovan Communists To Consider Grand Coalition », Radio Free Europe/Radio Liberty, 16/07/2009
  5. (en) « General Local Elections of June 14 and 28, 2015 », sur www.alegeri.md (consulté le 27 juin 2016)
  6. « Moldavie : l'opposition libérale en tête des législatives », leParisien.fr, 30/07/2009