Élections législatives biélorusses de 2019

Élections législatives biélorusses de 2019
Voir et modifier les données sur Wikidata
Corps électoral et résultats
Inscrits 6 880 605
Votants 5 319 568
77,31 %  +2,6
Votes blancs et nuls 49 725
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Indépendants
Voix 3 178 037
60,31 %
 −6,7
Sièges obtenus 89  −5
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti communiste de Biélorussie
Voix 559 537
10,62 %
 +3,2
Sièges obtenus 11  +3
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti républicain du travail et de la justice
Voix 355 971
6,75 %
 +3,9
Sièges obtenus 6  +3

Les élections législatives biélorusses de 2019 ont lieu le afin de renouveler les 110 membres de la Chambre des représentants de Biélorussie[1].

Les partisans du gouvernement du président Alexandre Loukachenko remportent l’intégralité des sièges, l'opposition ayant été en grande partie empêchée de concourir.

ContexteModifier

 
Affichage électoral à Minsk

La Chambre des représentants est dominée par la présence de députés officiellement indépendants, acquis au régime d'Alexandre Loukachenko, président de la république depuis 1994 et accusé de dérives autoritaires. Lors des élections précédentes en 2016, l'opposition parvient pour la première fois depuis vingt ans à obtenir un siège au Parlement, avec l'élection d'un membre du Parti civil uni de Biélorussie[2].

Initialement prévues pour le au plus tard, les élections sont avancées au par le président Loukachenko lors de son discours annuel à la nation le [1].

Système électoralModifier

 
Chambre des représentants à Minsk.

La Chambre des représentants est la chambre basse du parlement bicaméral de la Biélorussie. Elle est composée de 110 sièges renouvelés tous les quatre ans au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions[3]. Un âge minimum de vingt et un ans est requis pour se porter candidat.

La loi électorale prend cependant en compte le vote blanc, les électeurs ayant la possibilité de voter « Aucun d'entre eux », un choix comptabilisé dans les votes valides. En cas de candidature unique dans une circonscription, le candidat doit par conséquent recueillir plus de voix que de votes blancs, à défaut de quoi le scrutin est invalidé dans la circonscription, et repris de zéro. Il en va de même si le taux de participation est inférieur à 50 % des inscrits dans la circonscription[3].

Les élections peuvent avoir lieu à n’importe quelle date avant celle limite du , à l'expiration du mandat de l'assemblée élue en 2016. En , le président Loukachenko les fixe au [4].

RésultatsModifier

Résultats des législatives biélorusses de 2019[5],[6]
 
Partis Voix % +/– Sièges +/–
Parti communiste de Biélorussie 559 537 10,62   3,22 11   3
Parti républicain du travail et de la justice 355 971 6,75   3,88 6   3
Parti libéral-démocrate 280 686 5,36   1,12 1  
Parti social démocrate de l'assemblée 84 790 1,61   0,32 0  
Front populaire biélorusse 82 403 1,56   0,16 0  
Parti patriotique biélorusse 75 283 1,43   0,73 2   1
Parti civil uni de Biélorussie 72 192 1,37   0,79 0   1
Parti agraire biélorusse 46 785 0,89 N/a 1   1
Parti de la gauche biélorusse « Un monde juste » 37 861 0,72   0,68 0  
Parti de l'assemblée social démocratique 23 164 0,44 Nv 0  
Les Verts 10 592 0,20   0,02 0  
Parti socialiste des sports 7 905 0,15 Nv 0  
Parti républicain 7 529 0,14 Nv 0  
Indépendants 3 178 037 60,31   6,70 89   5
« Aucun d'entre eux » 447 111 8,48   1,09
Suffrages exprimés 5 269 843 99,06
Votes blancs et nuls 49 725 0,94
Total 5 319 568 100,00 - 110  
Abstentions 1 561 037 22,69
Inscrits/participation 6 880 605 77,31

Analyses et conséquencesModifier

Le taux de participation atteint 77 %. Contrairement au scrutin précèdent, aucun parti ou candidat d'opposition n'obtient de siège, les principaux opposants ainsi que les deux parlementaires de l'opposition élus en 2016 ayant été empêchés de se représenter. L'opposition dénonce par ailleurs des fraudes massives[7],[8].

Le président Loukachenko réitère dans la foulée son intention de se représenter en 2020 pour un sixième mandat[9].

Notes et référencesModifier