Élections législatives andorranes de 2011

Les élections législatives de 2011 en Andorre (en catalan : Eleccions al Consell General d'Andorra de 2011) se sont tenues le , afin d'élire les vingt-huit membres de la septième législature du Conseil général.

Élections législatives andorranes de 2011
28 sièges du Conseil général
(majorité absolue : 15 sièges)
Voir et modifier les données sur Wikidata
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 21 852Voir et modifier les données sur Wikidata
Votants 32 382Voir et modifier les données sur Wikidata
Antoni Martí (2011).jpg Démocrates pour Andorre – Antoni Martí
Voix 8 553
53,26 %
Sièges obtenus 20 en augmentation 9
Roda de premsa consellera Mar Serna - cap de Govern d'Andorra Jaume Bartumeu 01.jpg Parti social-démocrate – Jaume Bartumeu Cassany
Voix 5 397
37,17 %
Sièges obtenus 6 en diminution 8
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Union Laurediana (en) – Montserrat Gil i Roser (en)
Voix 1 349
4,53 %
Sièges obtenus 2 en augmentation 2
Chef du gouvernement d'Andorre
Sortant Élu
Jaume Bartumeu Cassany
Parti social-démocrate
Antoni Martí
Démocrates pour Andorre

ContexteModifier

2009 : l'arrivée au pouvoir des sociaux-démocratesModifier

Aux élections législatives du 26 avril 2009, le Parti social-démocrate (PS) de Jaume Bartumeu Cassany s'est, pour la première fois, classé en tête en obtenant 45 % des voix et 14 députés sur 28, tandis que la Coalition réformiste (CR) et Andorre pour le changement (ApC), formations de centre droit, avaient recueilli le même nombre de sièges, cumulant 50 % des suffrages exprimés.

2011 : la dissolution à la suite d'un blocage budgétaireModifier

Profitant de leur égalité de suffrages avec le PS au Conseil général, les partis d'opposition ont, en 2009 et 2010, empêché l'adoption du budget de l'État. Si en 2010, il avait suffi de reconduire le budget de l'année précédente, cela se révélait légalement impossible en 2011[1]. Le chef du gouvernement a alors décrété, le , la dissolution de l'assemblée et convoqué la tenue d'un scrutin anticipé le 3 avril[2].

Mode de scrutinModifier

Le Conseil général se compose de vingt-huit députés élus pour un mandat de quatre ans. Quatorze sièges sont pourvus au scrutin majoritaire plurinominal, à raison de deux pour chacune des sept circonscriptions dite « paroissiales ». Le reste des députés est élu au scrutin proportionnel suivant la méthode du plus fort reste dans une circonscription unique qui se compose de l'ensemble du territoire national[3].

Principaux partis et chefs de fileModifier

Formation Chef de file Résultats de 2009
Parti social-démocrate
Partit Socialdemòcrata
Jaume Bartumeu Cassany
Chef du gouvernement
44,76 % des voix
14 députés
Démocrates pour Andorre
Demòcrates per Andorra
Antoni Martí 33,53 % des voix
11 députés
Andorre pour le changement
Andorra pel Canvi
Eusebi Nomen 18,11 % des voix
3 députés

RésultatsModifier

ScoresModifier

 
Composition politique de la nouvelle législature.
Parti Voix % +/- Élus +/-
Circonscriptions paroissiales
Démocrates pour Andorre (DA) 7 633 51,28 % +16,53 12 +8
Parti social-démocrate (PS) 5 901 39,64 % -5,05 0 -8
Union Laurediana 1 349 9,06 % N/A 2 ±
TOTAL 14 883 100,00 % N/A 14 N/A
Circonscription nationale
Démocrates pour Andorre (DA) 8 553 55,15 % +22,81 8 +3
Parti social-démocrate (PS) 5 397 34,80 % -10,23 6 ±
Andorre pour le changement (ApC) 1 040 6,71 % -10,64 0 -3
Verts d'Andorre (VA) 520 3,34 % +0,17 0 ±
TOTAL 15 510 100,00 % N/A 14 N/A
Total des résultats par parti
Démocrates pour Andorre (DA) 16 186 53,26 % +19,73 20 +9
Parti social-démocrate (PS) 11 298 37,17 % -7,59 6 -8
Andorre pour le changement (ApC) 1 040 3,42 % -14,69 0 -3
Autres 1 869 6,15 % N/A 2 ±
Participation : 74,14 %[4] 30 393 100,00 % N/A 28 N/A

ConséquencesModifier

Deux jours après la tenue du scrutin, le comité exécutif du Parti social-démocrate annonce la convocation d'un congrès extraordinaire afin de renouveler la direction du parti[5] puis démissionne en bloc, même si le président du parti, Jaume Bartumeu Cassany, déclare envisager de se présenter à sa propre succession[6]. Il annonce finalement qu'il ne fera pas partie de la future direction, de même que le premier secrétaire du PS, Ferran Goya[7].

Notes et référencesModifier

Article connexeModifier