Ouvrir le menu principal

Élection du Premier ministre tibétain de 2011

Élection du Premier ministre tibétain de 2011
Type d’élection Sikyong
Corps électoral et résultats
Inscrits 79 449
Votants au 1er tour 47 000
59 %  +27
Votants au 2d tour 49 183
61,9 %
Lobsang-Sangay-Wien-2012.jpg Lobsang Sangay – Indépendant
Voix au 1er tour 22 489
47,8 %
Voix au 2e tour 27 051
55 %
Tenzin Tethong.jpg Tenzin Tethong – Indépendant
Voix au 1er tour 12 319
26,2 %
Voix au 2e tour 18 394
37,4 %
Dolma Gyari 2011.jpg Dolma Gyari – Indépendant
Voix au 1er tour 2 733
5,8 %
Tashi Wangdi 2 by David Shankbone.jpg Tashi Wangdi – Indépendant
Voix au 1er tour 2 101
4,5 %
Voix au 2e tour 3 147
6,4 %
Lobsang Jinpa 2011.jpg Lobsang Jinpa – Indépendant
Voix au 1er tour 1 545
3,3 %
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Sonam Topgyal Khorlatsang – Indépendant
Voix au 1er tour 605
1,3 %
Premier ministre
Sortant Élu
Samdhong Rinpoché Lobsang Sangay

La dernière élection du Kalon Tripa ou premier ministre du gouvernement tibétain en exil s'est déroulée le 20 mars 2011[1]. Les résultats ont été annoncés le 27 avril 2011. Le nouveau premier ministre, Lobsang Sangay, commencera son mandat de cinq ans en août 2011[2]. Ces élections sont marqués par la première séparation du politique et du religieux dans l'histoire du Tibet en exil et le retrait du dalaï-lama en faveur d'une démocratie en exil.

Liste des candidatsModifier

Élection primaireModifier

Le 3 octobre 2010, environ 79 000 réfugiés tibétains dans le monde, inscrits sur les listes électorales, ont pu prendre part à l'élection primaire pour nommer les candidats aux fonctions de Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, et de députés du Parlement tibétain en exil. Au Népal où résident 20 000 réfugiés tibétains, les urnes et leurs bulletins de vote furent confisqués par la police népalaise une heure avant la clôture du vote à la demande du ministère de l’intérieur népalais[7], sous l'influence du gouvernement chinois[8]. Le Parlement tibétain en exil s'adressa à l’Organisation des Nations unies et à Amnesty International pour des démarches visant à récupérer les urnes disparues[9].

Second tourModifier

Le 12 novembre 2010, la commission électorale publia une liste de 6 candidats pour le second tour[10]. Trois d'entre eux ayant peu de voix, Lobsang Jinpa, Dolma Gyari et Sonam Topgyal Khorlatsang ont retiré leur candidature[11], laissant en compétition trois candidats, Lobsang Sangay, favori de l'élection, face à Tenzin Namgyal Tethong et Tashi Wangdi, les deux autres candidats en lice[12].

Pour la première fois avait lieu une campagne avec des débats entre les candidats, la publication des programmes et des réunions publiques autour de l'enjeux intéressant les électeurs, les solutions à la question tibétaine et l'attitude à adopter face à la Chine. Les deux candidats principaux résidaient aux États-Unis et connaissaient les campagnes électorales, ayant fait des études à l'université[13].

Lobsang Sangay a été élu premier ministre du gouvernement tibétain en exil le 27 avril 2011 en remportant 55 % des voix de la communauté tibétaine en exil dans le monde[14].

Le 14e dalaï-lama qui considère que le dalaï-lama et l'ensemble des moines ne devraient pas s'impliquer dans la politique des partis[15], n'a pas pris part au vote[16].

AnalyseModifier

Ces élections sont historiques puisqu'elles marquent la première séparation du politique et du religieux dans la gouvernance du Tibet en exil, et le retrait du dalaï-lama de la vie politique, laissant place à la démocratie en exil[17].

Notes et référencesModifier

  1. 'Dalai Lama's retirement process may take over a year', Press Trust of India, 27 novembre 2010
  2. Election of Kalon Tripa in 2011, sur le site Kalon Tripa 2011 : « The incumbent Kalon Tripa, Prof. Samdhong Rinpoche, Prime Minister for the Tibetan government-in-exile, will end his term in office in August 2011 (...) The next Kalon Tripa’s term will be five years in duration ».
  3. Gyari Dolma- Candidate
  4. First woman deputy speaker of Tibetan parliament joins race for PM's office.
  5. (en) [ http://www.kalontripa.in/endorse/see-all-nominees/88.html NGAWA TSEGYAM - CANDIDATE]
  6. a b c d e f g h i j et k (en) Candidates Kalon Tripa 2011
  7. Phurbu Thinley, Nepal police disrupt Tibetan elections in Kathmandu, 3 octobre 2010, Phayul.com
  8. Le gouvernement népalais bafoue la démocratie tibétaine, 7 octobre 2010, Les Jeunes Verts Paris Île-de-France
  9. Tenzin Tsering, Tibetan parliament urges Nepal to return confiscated ballot boxes, 12 octobre 2010, Phayul.com
  10. (en) Tibetan Preliminary Election Results Announced, 12 novembre 2010
  11. Lobsang Jinpa Withdraws From KT Election Race
  12. Bientôt un nouveau leader pour les Tibétains, Courrier international, 21 mars 2011
  13. Julien Cleyet-Marel, Le développement du système politique tibétain en exil, préface Richard Ghevontian, Fondation Varenne, 2013, (ISBN 2916606726 et 9782916606729), p. 434-435
  14. Un juriste élu premier ministre du gouvernement tibetain en exil
  15. Thomas Laird, The Story of Tibet: Conversations with the Dalai Lama, p. 369 : « Also the Dalai Lama and all monks should not be, I feel, involved in party politics. [...] They should even avoid voting, because then people will ask what way you are voting. »
  16. Polling on to elect new Tibetan PM, IANS, 20 mars 2011
  17. Marilou Vigneau, Le dalaï lama renonce à son rôle politique, 27 septembre 2011

Liens externesModifier