Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Élection de l'Assemblée constituante cambodgienne de 1993

Les élections de l'Assemblée constituante cambodgienne de 1993 sont l'aboutissement de la mission de paix gérée depuis 1991 par l'autorité provisoire des Nations unies au Cambodge.

Élections législatives cambodgiennes de 1993
Les 120 sièges de l'Assemblée nationale.
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ranariddh 1990s.jpg FUNCINPEC – Norodom Ranariddh
Voix 1 703 212
45,47 %
Sièges obtenus 58
Hun Sen.jpg Parti populaire cambodgien – Hun Sen
Voix 1 454 647
38,23 %
Sièges obtenus 51
Camdodian Prime Minister Son Sann.November 1967.jpg Parti libéral démocratique bouddhiste – Son Sann
Voix 139 966
3,81 %
Sièges obtenus 10
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Mouvement pour la libération nationale du Kampuchéa – Prum Neakaareach
Voix 50 474
1,37 %
Sièges obtenus 1
Répartition des sièges à l'Assemblée nationale
Diagramme
Premier ministre
Élu
Norodom Ranariddh
FUNCINPEC

Les élections suivantes ont eu lieu en 1998.

Sommaire

RésultatsModifier

Conformément aux accords de Paris du , l'Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge avait dans ses missions « l'organisation et la tenue d'élections libres et régulières ».

La loi électorale est rédigée par un comité restreint d’experts des Nations unies, pas forcément au fait des réalités cambodgiennes. Ainsi le mode de scrutin choisi, à savoir proportionnel plurinominal par district, s’il a l’avantage de permettre une représentation des principales formations, comporte l’inconvénient de ne pas dégager de majorité forte, spécialement dans des pays comme le Cambodge qui n’ont pas de réelle tradition démocratique[1].

Au total, ce seront 20 formations qui se présenteront devant les urnes. Les plus importantes sont le Parti populaire cambodgien (PPC) de Hun Sen, Premier Ministre de l'État du Cambodge, le Front uni national pour un Cambodge indépendant, neutre, pacifique et coopératif (FUNCINPEC) dirigé par le Prince Norodom Ranariddh (fils du Chef de l'État, le Prince Norodom Sihanouk) et le Parti démocrate libéral bouddhiste (PDLB) conduit par un ancien Premier Ministre du Cambodge, M. Son Sann. Le Parti du Kampuchéa démocratique (PKD), vitrine pseudo-légale khmère rouge a choisi de son côté de boycotter ses élections[2].

Le scrutin s'est finalement déroulé du 23 au mais uniquement dans les zones qui n'étaient pas contrôlées par le PKD[3]. Malgré les menaces proférées par les dirigeants khmers rouges qui avaient juré de tout mettre en œuvre pour perturber le déroulement, près de 90 % des inscrits choisirent parmi les 3 200 candidats présentés par les partis en lice[note 1],[1].

Si le FUNCINPEC obtient le plus de voix et de siège, les résultats restent serrés. Le PPC obtient la majorité des voix dont 11 provinces et le FUNCINPEC dans 10. En termes de sièges, chacun des deux partis obtient la première place dans 9 provinces et sont à égalité dans 3 autres. Toutefois, si le FUNCINPEC domine 5 des 6 provinces les plus peuplées, il obtient des résultats honorables dans l’ensemble du pays, profitant de la référence à Norodom Sihanouk et au royaume du Cambodge, considéré comme un âge d’or par la plupart des Cambodgiens. Le PPC de son côté, subit une usure du pouvoir après 14 ans à la tête du pays. Les partis qui se réclamaient proches du modèle américain (le parti démocrate libéral – 1,56 % - et le PLDB – 3,81 %) essuyèrent un échec cuisant, le second nommé ayant en outre du mal à se démarquer du FUNCINPEC avec qui il partagea les destinées de la « résistance anticommuniste » au régime de la république populaire du Kampuchéa pendant plus de 10 ans[5].

Certains élus du PPC, déçus par ce résultat, tentèrent de créer une république dissidente composée des provinces de la frontière est du pays où ils étaient majoritaires. Cette tentative n'ayant pas abouti, les titulaires qui y ont participé durent céder leur siège aux suivants de la liste du même parti[6].

Néanmoins, aucune formation politique n’ayant obtenu la majorité absolue, Norodom Sihanouk, intervient pour créer une coalition gouvernementale. Après plusieurs tentatives, il parvient à un accord, en juin, qui débouche sur la création d’un gouvernement d’union nationale, dont le pouvoir est partagé entre les partisans du prince Norodom Ranariddh, vainqueurs des élections et ceux de Hun Sen qui contrôlaient toujours l’appareil d’état[7].

L'Assemblée constituante a tenu sa séance inaugurale le . Elle consacre le retour au pouvoir de Norodom Sihanouk comme roi du Cambodge, couronné le 24 septembre. Après la ratification de la nouvelle Constitution, le monarque nomme premier Premier ministre le prince Norodom Ranariddh et Hun Sen devient le second Premier ministre, respectant ainsi le compromis consenti en juin[8].

À noter que c'est la première fois, depuis l’indépendance cambodgienne, que le parti alors au pouvoir (en l'occurrence ici le Parti populaire cambodgien) ne sort pas vainqueur d’une élection.


Résultats[9]
Parti Voix % Sièges
FUNCINPEC 1 703 212 45,47 58
Parti populaire cambodgien (PPC) 1 454 647 38,23 51
Parti libéral démocratique bouddhiste (PLDB) 139 966 3,81 10
Parti démocrate libéral 57 538 1,56 -
Mouvement pour la libération nationale du Kampuchéa (MOLINAKA) 50 474 1,37 1
Parti des Khmers neutres 45 681 1,20 -
Parti républicain de coalition 39 047 1,04 -
Parti du Cambodge libre, indépendant et démocratique 35 301 0,93 -
Parti républicain libéral 29 977 0,78 -
Parti libéral de réconciliation 28 368 0,74 -
Parti républicain de coalition 26 071 0,69 -
Parti Cambodge Renaissance 25 945 0,69 -
Parti républicain de coalition 24 710 0,64 -
Parti du Cambodge neutre et démocratique 22 995 0,61 -
Parti paysan libéral démocratique khmer 19 775 0,52 -
Parti républicain de développement 19 233 0,51 -
Rassemblement pour la solidarité nationale 13 681 0,36 -
Parti d'action pour la démocratie et le développement 12 852 0,35 -
Parti pour la république démocratique khmère 10 629 0,29 -
Parti nationaliste 7 310 0,20 -


Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le 28 août, dernier jour des élections, des cadres khmers rouges du Phnom Malay (en) (province de Banteay Mean Chey) sont même descendus à Poipet pour aller voter[4].

RéférencesModifier

  1. a et b Jean-Marie Crouzatier, Transitions politiques en Asie du Sud-Est : les institutions politiques et juridictionnelles du Cambodge, Toulouse, Presses de l'Université Toulouse 1 Capitole, , 182 p. (ISBN 9782361701048, présentation en ligne), partie 1, chap. 5 (« Un destin idéalisé - Une transition aléatoire »), p. 64
  2. (en) « United Nations Transitional Authority in Cambodia (UNTAC) – Background (summary) », Past opérations, sur United Nations Peacekeeping (consulté le 2 octobre 2011) : « Document non officiel »
  3. « Lettre datée du 2 juin 1993, adressée au président du conseil de sécurité par le secrétaire général », S25879, sur Documents officiels des Nations unies, (consulté le 2 octobre 2011)
  4. Ros Chantrabot et Alain Forest (dir.), Cambodge contemporain, Les Indes savantes, , 525 p. (ISBN 9782846541930), partie III, chap. 5 (« Situations - l'accord de paix de Paris sur le Cambodge »), p. 313
  5. Raoul-Marc Jennar, 30 ans depuis Pol Pot : Le Cambodge de 1979 à 2009, Paris, L'Harmattan, coll. « Points sur l'Asie », , 330 p. (ISBN 9782296123458), p. 138-139
  6. « Élections parlementaires en Assemblée constituante, 1993 », Base de données Parline : Cambodge - Archive, sur Interparlementaire http://www.ipu.org/french/home.htm, (consulté le 2 octobre 2011)
  7. Raoul-Marc Jennar, « L'ONU au Cambodge. Les leçons de I'APRONUC », Études internationales, Institut québécois des hautes études internationales, vol. 26, no 2,‎ , p. 291-314 (ISSN 0014-2123, lire en ligne)
  8. Paul Isoart, « L'Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge », Annuaire français de droit international, no 39,‎ , p. 157-177 (DOI 10.3406/afdi.1993.3126, lire en ligne)
  9. CHHORN Sopheap - Les élections législatives au Cambodge depuis 1993 - Université Lumière Lyon 2 - Faculté de Droit et Science politique, 12 janvier 2004