Échecs rapides

Les échecs rapides ou jeu rapide[1] ou échecs en parties rapides (anciennement appelés jeu semi-rapide ou parties semi-rapides[2]) est une forme de jeu d'échecs dans laquelle les joueurs ont un temps de réflexion supérieur à 10 minutes (15 minutes avant le ) mais inférieur à 60 minutes.

Situés entre les parties d'échecs de tournoi à cadence normale (« parties longues » ou « parties lentes ») et les échecs en blitz (« parties éclair »), les « échecs rapides » prennent une position médiane au niveau du temps de réflexion.

La consommation de temps par joueur est mesurée avec une pendule d'échecs. Le temps est compté pour exécuter 60 coups si la cadence prévoit un incrément, et pour 40 coups si aucun incrément n'est prévu. Alors que dans les échecs en blitz, chaque joueur dispose généralement de cinq minutes pour tous les coups, dans les échecs normaux, deux heures sont généralement disponibles pour les 40 premiers coups seuls.

Il existe des règles spéciales pour les échecs rapides qui ne sont pas valables pour les échecs normaux. Par exemple, la notation des coups, normalement obligatoire en parties lentes, n'est plus nécessaire[1].

Championnats du mondeModifier

Les échecs rapides sont un développement relativement récent dans le monde du jeu d'échecs, ne devenant populaires que vers le milieu des années 1980. Les échecs « normaux » et les échecs en blitz (« éclair ») ont une histoire beaucoup plus ancienne.

En 1988, une première compétition officielle de ce type est organisée par la Fédération internationale des échecs (FIDE) ; elle est appelée « championnat du monde d'Active Chess » (de anglais active chess, « échecs actifs »). Ce tournoi à élimination directe est remporté par le grand maître russe Anatoli Karpov.

En 2012, la FIDE organise pour la première fois un championnat du monde d'échecs de parties rapides, à Astana au Kazakhstan. Ce tournoi à un tour est joué avec 16 participants ; le temps de réflexion est de 15 minutes, plus 10 secondes par coup. Le russe Sergueï Kariakine remporte le tournoi.

En 2013, le russe Shakhriyar Mamedyarov remporte la deuxième édition du championnat, organisé à Khanty-Mansiysk. En 2014 et 2015, Magnus Carlsen remporte le titre deux fois de suite, respectivement à Dubaï et Berlin. En 2016, le russe Vassili Ivantchouk remporte le titre à Doha. En 2017, l'indien Viswanathan Anand remporte le titre à Riyad.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Règles du Jeu d’Echecs de la FIDE sur le site de la Fédération française, page 13.
  2. Nicolas et Alain Biénabe, Le Guide des échecs. Traité complet, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1600 p. (ISBN 978-2-221-05913-5, notice BnF no FRBNF35561722), p. 881.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier