Zimmerwald

ancienne commune de Suisse

Zimmerwald
Zimmerwald
Le Leuen, l'auberge de Zimmerwald, construite en 1840
Blason de Zimmerwald
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Berne Berne
Arrondissement administratif Berne-Mittelland
Commune Wald
Démographie
Population
permanente
870 hab. (2002)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 00″ nord, 7° 28′ 00″ est
Altitude 840 m
Superficie 8,94 km2
Divers
Langue Allemand
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Berne
Voir sur la carte administrative du canton de Berne
City locator 14.svg
Zimmerwald
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Zimmerwald
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Zimmerwald
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Zimmerwald est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Berne.

HistoireModifier

 
Photo aérienne (1952)

Colonisée tardivement, le village n'est mentionné pour la première fois qu'à la fin du Moyen Âge. Il entre toutefois dans les annales grâce à la conférence de Zimmerwald qui s'y est tenue en septembre 1915 et où les principaux membres des différents partis socialistes européens se sont réunis à l'appel de Robert Grimm.

Pour les villageois, le vrai drame débuta bien plus tard. L’effroi se répandit comme une traînée de poudre quand ils réalisèrent que le « péril rouge » s’était insidieusement introduit chez eux. Et ils éprouvèrent de la honte lorsque les conséquences indirectes de la conférence apparurent au grand jour. En 1917, le monde assistait, médusé, à la révolution d’Octobre dirigée par Lénine. (...) C’est ainsi que Zimmerwald commença à redouter de devenir un sanctuaire communiste.

Après la révolution russe d'octobre 1917, les autorités craignirent que le village soit associé au « péril rouge ». En effet, souligne La Revue suisse, « des élèves de l’Union soviétique envoyaient également des cartes postales. Les autorités de la commune y répondaient sèchement, parfois même grossièrement. (...) Zimmerwald a fini par régler le problème en adoptant une loi pour l’oubli. En 1962, les monuments et plaques commémoratives furent interdits. [Le village] redoubla d’efforts en 1971 et fit démolir la pension dans laquelle Lénine avait habité[3]. »

Zimmerwald fait partie de la juridiction de Seftigen jusqu'en 1798[4].

Le Zimmerwald fusionne avec Englisberg pour former la nouvelle commune de Wald.

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. « Banquier, ornithologues, embargo, ironie américaine », sur Le Monde diplomatique,
  4. Anne-Marie Dubler (trad. Pierre-G. Martin), « Zimmerwald » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

SourceModifier

Sur les autres projets Wikimedia :