Zaria (bateau)

Zaria ou Zarya
Image illustrative de l’article Zaria (bateau)
Le Zaria lors de son second hivernage (1902)
Autres noms Harald Harfager (avant 1899)
Заря
Type Trois-mâts barque
Fonction explorations scientifiques
Histoire
Chantier naval Norvège
Équipage
Équipage 20
Caractéristiques techniques
Tirant d'eau 5
Déplacement 450 tonnes
Propulsion machine à vapeur
Carrière
Pavillon Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau de la Russie Russie
Port d'attache Saint-Pétersbourg

Le Zaria (ou Zarya) (en russe : Заря) est un navire à vapeur et à voile utilisé par l'Académie des sciences de Russie pour une expédition polaire (1900-1903).

HistoireModifier

À la fin du XIXe siècle, l'Académie des sciences de Russie cherche un navire de recherche polyvalent pour les expéditions à long terme. En 1899, Eduard von Toll, conseillé par Fridtjof Nansen, achète un trois-mâts barque norvégien, proche du Fram, nommé Harald Harfager pour 60 000 roubles et le rebaptise Zaria.

Envoyé au chantier de Colin Archer à Larvik pour être fortement modifié et transformé en navire polaire, il est prêt à l'utilisation dès .

L'expédition polaire russe (1900-1902)Modifier

 
L'équipage du Zaria

Parti de Saint-Pétersbourg le avec vingt hommes, sous le commandement de Nikolaï Nikolaïevitch Kolomeïtsev, il arrive à Alexandrovsk le et prend la direction de la mer de Kara.

Le Zaria fait son premier hivernage dans la baie nommé Colin Archer par Toll, près de l'île Taïmyr. Les scientifiques y passent onze mois à la recherche de l'archipel Nordenskiöld et de la péninsule de Taïmyr. Au printemps, Kolomeïtsev part pour un long voyage en traîneau et le commandement est alors remis au second Fyodor Matisen (en).

En , le navire se dirige à travers la mer de Laptev en direction des îles de Nouvelle-Sibérie pour rechercher la légendaire terre de Sannikov mais est rapidement bloqué par la banquise. Plusieurs tentatives sont alors menées par le baron Toll pour la découvrir. En , celui-ci et trois de ses compagnons disparaissent loin au sud de l'île Bennett sur la banquise mouvante. Ils ne seront jamais retrouvés.

 
Drapeau du Neva Yacht Club (à la base de celui de la Finlande)

Très endommagé, inutilisable, le navire est amarré au large du delta de la Léna en baie Tiksi sous le vent de l'île Brusneva (en) où il sombrera. Avant de quitter le navire, les hommes hisseront le drapeau du Neva Yacht Club (en), plus ancien Yacht Club de Russie.

Matisen rejoint Yakutsk et les autres hommes Saint-Pétersbourg.

PostéritéModifier

Le musée de Polyarny conserve des documents et des objets liés à l'expédition et au navire[1].

Une île près du cap Tcheliouskine, une péninsule à l'est de la baie de Middendorff et le détroit entre l'île Belkov et l'île Kotelny ont été nommés en son honneur.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • William Barr, Baron Eduard von Toll's Last Expedition: The Russian Polar Expedition, 1900-1903, 1981
  • William J. Mills, Exploring Polar Frontiers: A Historical Encyclopedia, 2003, p. 656
  • Nataly Marchenko, Russian Arctic Seas: Navigational conditions and accidents, 2012, p. 111